«On a trois offres», a déclaré Régis Valliot lundi à l’AFP. L’offre «émanant du groupe Borletti associé à Christian Lacroix lui-même» est «une pré-offre qui reste à parfaire» d’ici à fin août, mais elle est «engageante», a précisé M. Valliot.

Le groupe Borletti détient notamment la chaîne italienne de grands magasins La Rinascente et, avec la Deutsche Bank, a acquis en 2006 les magasins Le Printemps (groupe PPR).

Le cabinet de conseil Bernard Krief Consulting (BKC) a bien déposé une offre comme il l’avait annoncé mais elle est «peu satisfaisante tant sur le plan financier que sur le plan social», a indiqué M. Valliot.

«Deux inconnus qui n’ont pas de projet» ont fait une offre «pour un euro» jugée «inconsistante» par l’administrateur judiciaire. Un quatrième candidat s’est désisté, a ajouté M. Valliot.

Les candidats à la reprise de la maison Lacroix, qui a subi en 2008 10 millions d’euros de pertes (plus de 15 millions de francs) pour un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros, avaient jusqu’à lundi pour déposer leurs offres de reprise.

La maison de couture, propriété depuis 2005 du groupe américain Falic, spécialisé dans le duty free, avait annoncé fin mai être en cessation de paiement, frappée par «la crise financière mondiale qui touche de manière significative le domaine du luxe».