PRIX DE LA FEMME ENTREPRENEUR

Trois horlogères distinguées

Portraits des colauréates.

Cette année, le Club de femmes entrepreneurs (CFE) a choisi de distinguer trois horlogères qui ont su développer leur marque dans le haut de gamme. Si la branche est en plein boom, la concurrence qui y règne actuellement est d'autant plus acharnée. Gisèle Rufer a créé les montres Delance en 1996, Ewa Lederer a lancé la marque Blu avec son mari en 1999 tandis que Cinette Robert a repris Dubey & Schaldenbrand, une marque déjà existante, en 1995.

«En Suisse, toutes les compétences sont là pour fabriquer un produit haut de gamme. En revanche mettre en place un réseau de distribution et le développer est beaucoup plus difficile», estime Gisèle Rufer. Un constat que rejoint Cinette Robert. Elle qualifie la concurrence actuelle «d'effrayante» et relève que le plus difficile est de durer, une fois passé l'intérêt qu'éveillent toujours les nouveaux venus de l'année à la Foire de Bâle. Dans un marché où il existe une pléthore de marques horlogères, se faire sa place réclame persévérance et prise de risque, deux des treize critères utilisés par le CFE pour décerner son prix.

Montres personnalisées

Le professionnalisme est un des autres critères. Cinette Robert était ainsi dans l'horlogerie depuis trente ans lorsqu'elle a repris Dubey & Schaldenbrand. «Je connaissais toutes les maladies d'enfance des différents calibres et je n'ai pris que des choses qui existaient depuis dix ans. Pouvoir réparer une montre, même des décennies après, fait partie de la valeur d'une marque.» De son côté, Blu a franchi le cap des 500 exemplaires par année, un véritable seuil dans l'horlogerie. En dessous de cette quantité, on peut se permettre de planifier la production à 4 ou 5 mois et de fabriquer soi-même quelques pièces manquantes lorsqu'un sous-traitant ne peut pas en faire suffisamment dans les délais. En dessus de ce seuil, il faut une planification à 12 mois.

Dans le même temps, il faut tenir compte de contraintes économiques supplémentaires lorsqu'on reste en dessous d'une certaine taille. Cinette Robert, qui produit en moyenne 3000 montres par année, mentionne l'exemple des boîtiers de montre. Les acheter à l'étranger coûte beaucoup moins cher, pour un travail de bonne qualité. En revanche, il faudrait en commander au minimum 10000.

L'innovation vient également en tête des critères retenus par le CFE. Uniquement destinées aux femmes, les Delance ont eu dès le début comme caractéristique d'être intégralement personnalisables. «Actuellement le 80% de mes montres sont personnalisées alors qu'au départ, la majorité des montres vendues étaient des modèles de catalogue.» De son côté, Ewa Lederer participe à la création des nouveaux modèles: «Ce n'est jamais un détail technique qui détermine la forme de la montre, mais l'inverse. Je lance certaines idées et mon mari regarde ensuite comment les réaliser au niveau technique.»

Publicité