Le Temps: Vous investissez dans les sociétés suisses qui ne font pas partie du SMI. Quels sont les atouts des trois premiers titres de votre portefeuille?

Beat Käser: Chez Sika, j'apprécie le caractère innovant de leurs produits chimiques pour la construction. Ils vendent un ciment qui peut être pompé sur 200 mètres de haut, cela permet de construire très vite, très haut. Leur nouvelle direction est très compétente, notamment le responsable des finances, Ernst Bärstchi, un ancien de chez Schindler. Il est en train de réduire la charge fiscale en transférant les brevets vers la holding, les filiales payant des royalties à cette dernière; Sika a payé jusqu'à un 40% d'impôts sur les bénéfices, ce qui est considérable pour une entreprise de ce type. Ernst Bärtschi diminue aussi les charges d'intérêts.

Chez Kühne & Nagel, la gestion de la chaîne logistique est impressionnante. La société n'a pas de capacités propres de transport mais sait utiliser son poids pour obtenir les meilleurs prix de la part des transporteurs. Elle est numéro un pour l'organisation du transport maritime et occupe la cinquième ou la sixième place en ce qui concerne le transport aérien. La société a complété les manques qu'elle avait aux Etats-Unis et est bien présente en Asie, c'est vraiment un acteur global. Les transports de marchandises occupent une place toujours plus importante, les entreprises ne veulent endurer aucun retard, l'exactitude est cruciale pour la production.

Belimo, notre troisième grande position, est notamment positionnée sur deux segments intéressants, les systèmes d'air conditionné et les systèmes de conduite des eaux. La société est dans un bon momentum des bénéfices. Leur croissance est forte en raison des économies d'échelle. Ils ont progressé de 18% en dépit de l'effet adverse des taux de change.

Chacun de ces trois titres ne représente que moins de 6% du portefeuille, les plus grosses positions ont rarement dépassé les 8%. En effet, nous voulons pouvoir sortir suffisamment rapidement des titres que nous détenons.

– Quels sont les ratios financiers et les éléments les plus importants pour juger des valeurs de taille moyenne?

– La valeur d'entreprise divisée par le bénéfice opérationnel avant amortissements est très intéressante. Le discounted free cash flow, le multiple des bénéfices et le multiple de la valeur des actifs sont également utiles, de même que le multiple divisé par la croissance des bénéfices (PEG ratio). En ce qui concerne les multiples des bénéfices, je retiens ceux de cette année, de 2005 et de 2006. Les sociétés ne doivent pas être trop endettées, il ne faut pas que leurs dettes soient supérieures à 70% de leurs fonds propres.

Du côté des critères non financiers, j'apprécie la qualité et les précédents succès des dirigeants. Les produits sont également importants, nous voulons des sociétés qui ont réellement des produits amenant une valeur ajoutée à leur clientèle, des sociétés qui ont une capacité d'innovation. Nous voulons éviter les entreprises qui se contentent de copier les produits de la concurrence. Il faut aussi qu'elles sachent être transparentes, qu'elles communiquent correctement avec la communauté financière.

– Quelles sont les perspectives de cette année pour les titres suisses qui n'appartiennent pas au SMI?

– C'est vraiment le segment le plus intéressant, dans le contexte d'une reprise de l'activité. Il est beaucoup moins défensif que ne l'est le SMI, qui est largement exposé sur les pharmaceutiques et l'alimentaire. Du côté des petites et des moyennes valeurs, la part des titres cycliques est plus substantielle, à cela s'ajoutent la dimension des titres technologiques. Dans le fonds, les titres liés aux dépenses d'investissement sont largement surpondérés, ils représentent 36% du portefeuille, alors que l'indice n'en compte qu'une vingtaine de pour-cent. Du côté des titres des technologies médicales, nous sommes sur les sociétés les plus agressives du groupe: Phonak, Tecan, Straumann.

Fiche signalétique

Nom du fonds: LODH Swiss Cap (ex-SMI)

No valeur: 506782

Promoteur: Lombard Odier Darier Hentsch

Domicile: Suisse

Date de création: 2.9.1996

Monnaie de référence: franc

Pol. de distribution: distribution

Taille: 230 millions de francs

VNI: 205 francs

Perf. annualisée sur cinq ans: 7,5%

TER: 1,56%

Principales positions: Sika (6%), Kühne & Nagel (5,6%), Belimo (5,1%), Saia Burgess (4,9%), SEZ (4,8%), Fischer (4,4%)