Durant la pandémie, la Suisse a mis en lumière son retard numérique, en tout cas dans l’administration et le secteur médical. La semaine dernière encore, la conseillère fédérale Karin Keller-Sutter reconnaissait dans une interview sur La Première que son pays était «loin derrière» dans le domaine. En octobre dernier, l’IMD le plaçait à la sixième place de son classement consacré à la compétitivité numérique.

A lire: Les faiblesses numériques de la Suisse mises à nu