Court-circuit

Trump met Apple sous pression

La volonté du président d’utiliser un iPhone pourrait nuire à Apple s’il devait être piraté

Quel plus bel ambassadeur, pour une marque, que le président des Etats-Unis? Mais lorsqu’il s’agit d’un fabricant de téléphone et de Donald Trump, les choses pourraient virer au cauchemar.

La semaine passée, l’on apprenait que le président américain avait échangé son ancien smartphone tournant sous Android (apparemment un Samsung S3), contre un iPhone d’Apple (l’on ignore quel modèle exactement). Cela faisait des semaines que son entourage l’encourageait à utiliser un téléphone plus récent et mieux sécurisé, notamment pour envoyer ses tweets.

Appel au boycott

L’histoire ne manque pas de piquant, si l’on se souvient des mots très durs que le candidat Donald Trump avait prononcés contre Apple, lorsque la société avait annoncé son refus d’aider le FBI à déverrouiller l’iPhone du responsable de la tuerie de San Bernardino, en Californie. Donald Trump avait même appelé au boycott d’Apple.

La nouvelle de sa récente conversion à l’iPhone risque fort d’attirer de nombreux pirates informatiques, désireux de se faire un joli coup de publicité en hackant le smartphone du président américain. L’iPhone est a priori l’un des portables les plus sécurisés. Mais s’il devait être piraté, cela jetterait une ombre sur le fabricant américain.

Publicité