Technologie 

Twilio, rare «licorne» à s’aventurer en bourse

Le fournisseur de services pour WhatsApp, Uber et Coca-Cola a été valorisé à 1,9 milliard de dollars jeudi au Nasdaq, l’action progressant de 60%

C’est l’entrée en bourse la plus attendue de 2016. Twilio, société inconnue du grand public mais pourtant en contact quotidien avec des dizaines de millions de personnes, a effectué jeudi ses débuts au Nasdaq.

Twilio, qui fournit ses services à WhatsApp, Uber ou encore Coca-Cola, a obtenu une valorisation de 1,9 milliard de dollars à Wall Street. Proposée à 15 dollars, l’action progressait de 60% à 24 dollars dans les premières minutes de cotation. Cette introduction en bourse, jugée réussie pour le premier jour, pourrait inciter d’autres sociétés technologiques à devenir publiques. Pour l’heure, elles demeurent méfiantes.

Au total, la société basée à San Francisco revendique 28’000 clients. Parmi eux, WhatsApp permet à lui seul à Twilio de générer 17% de son chiffre d’affaires. Pour le service de messagerie sur smartphone, la start-up assure l’authentification, via un code envoyé par SMS, lorsque l’utilisateur s’inscrit à WhatsApp. Twilio permet également aux employés de Coca-Cola d’être avertis par SMS de la prochaine machine à réparer. La société permet également aux clients d’Uber de suivre en temps réel le trajet de leur chauffeur.

Spécialisée dans les services SMS et d’authentification via l’informatique en nuage («cloud computing»), Twilio a été créée il y a huit ans et demeure déficitaire. La société a ainsi perdu 36 millions de dollars en 2015 (27 millions de perte en 2014), alors que dans le même temps le chiffre d’affaires progressait de 88% à 167 millions de dollars.

Juste avant d’être cotée, la société affichait son optimisme: après avoir annoncé un prix d’émission entre 12 et 14 dollars, il a finalement été fixé à 15 dollars. Via son entrée en bourse, Twilio a également levé 150 millions de dollars pour son développement.

«Licornes» hésitantes

Cette cotation intervient alors que les «licornes» – du nom de ces sociétés privées valorisées plus d’un milliard de dollars – sont très réticentes à faire le pas de Wall Street. Depuis le début de l’année, seuls Secureworks, active dans la cybersécurité, et Acacia Communication, spécialisé dans la fibre optique, sont entrés en bourse, avec des performances respectives de +1% et +30%.

Depuis le début de l’année, 39 entreprises sont entrées en bourse aux Etats-Unis, une chute de 60% par rapport à la même période de 2015, selon les chiffres de Renaissance Capital. Et un quart des actions nouvellement mises sur le marché se traitent en dessous de leur prix d’émission. Les investisseurs sont beaucoup plus attentifs aux pertes qu’affichent les sociétés nouvellement cotées.

Le succès, au premier jour, de Twilio, pourrait ouvrir la voie à d’autres «licornes». «Twilio aura des conséquences importantes pour d’autres cotations de sociétés technologiques. Beaucoup d’autres sociétés seront encouragées», affirmait un analyste de Renaissance Capital au Financial Times. Il y aurait actuellement environ 150 «licornes», valorisées au total à environ 550 milliards de dollars.

Publicité