Mobilité

Uber annonce vouloir étendre en Suisse une assurance gratuite pour les chauffeurs

Steve Salom, patron du transporteur californien pour la Suisse, la France et l’Autriche, répond aux attaques de Mauro Poggia. Le conseiller d’Etat genevois compare l’arrivée d’Uber aux invasions barbares. Le patron vaudois de la multinationale affirme respecter pleinement le cadre légal

L’attaque était frontale. Mauro Poggia, conseiller d’Etat genevois chargé du Département de la sécurité, de l’emploi et de la santé, s’en est pris à la société Uber dans une récente interview accordée à la Tribune de Genève. Le ministre MCG a mis l’entreprise en demeure d’engager les chauffeurs avec lesquels elle travaille ou alors de les obliger à s’affilier à une caisse de compensation, comme indépendants. Faute de quoi Uber ne pourrait plus avoir aucune activité avec eux. De quoi faire jubiler les syndicats. «On siffle la fin de la récréation», a trompeté Mauro Poggia, pour qui Uber et ses concurrents sont «comparables à des invasions barbares».

Lire aussi: Uber veut s’imposer via tous les moyens de transport