Mobilité

Uber, Lyft et Didi se lancent dans une course aux milliards

Le fonds public d’investissement saoudien investit 3,5 milliards de dollars dans Uber. Ses concurrents lèvent aussi actuellement des fonds

Uber et ses concurrents se sont lancés dans une course aux milliards. Les services de réservation mobile de voitures avec chauffeur procèdent actuellement à plusieurs levées de fonds pour financer le développement de leurs activités. Jeudi, Uber annonçait ainsi que le fonds public d’investissement saoudien avait injecté 3,5 milliards de dollars (3,45 milliards de francs) dans son capital, portant sa valorisation entre 62,5 et 68 milliards de dollars, selon les estimations.

Lire aussi: L’Arabie saoudite investit 3,5 milliards de dollars dans Uber

Le numéro un mondial veut ainsi financer son expansion internationale, alors que ses concurrents veulent se renforcer sur leurs marchés domestiques: la Chine pour Didi et les Etats-Unis pour Lyft. Voici le rapport de force entre ces trois sociétés.

UBER: 12 milliards levés

Présent dans 66 pays et 449 villes (dont Lausanne, Genève, Bâle et Zurich en Suisse), Uber cumule les superlatifs. La société basée à San Francisco est de loin la «licorne» (société privée valorisée plus d’un milliard de dollars) la plus importante, puisque le numéro deux de ce classement, le fabricant chinois de smartphone Xiaomi, est valorisé à 46 milliards de dollars.

Fondé en 2009, Uber a, depuis sa création, levé environ 12 milliards de dollars, en quinze tours de table auxquels ont participé 56 investisseurs, selon le site spécialisé Crunchbase. Si le fonds souverain saoudien est l’organisme qui a injecté le plus d’argent, le chinois Baidu se trouve en deuxième position avec 1,2 milliard de dollars investis en automne 2015. En août 2013, Google, via sa plateforme d’investissement, avait mis 258 millions de dollars à disposition d’Uber. Il y a quelques jours, Toyota a investi une somme non communiquée.

Cet argent, Uber en a besoin pour son développement. Rien qu’au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, la société a prévu de dépenser ces prochaines semaines 250 millions de dollars pour percer dans de nouvelles villes. Uber fait face à des acteurs locaux, dont Careem, basé à Dubaï et actif dans vingt villes. En Chine, Uber admet perdre un milliard de dollars par an.

DIDI: 5 milliards levés

Le transporteur Didi vient de recevoir début mai un milliard de dollars de la part d’Apple. Au total, le numéro un chinois a levé environ 5 milliards de dollars. Et ce n’est pas fini. S’exprimant aux Etats-Unis quelques minutes après l’annonce d’Uber, Jean Liu, présidente de Didi, affirmait que sa société était actuellement en train de lever elle aussi 3,5 milliards de dollars. «Notre industrie n’en est qu’à ses débuts. Plus elle recevra de capitaux, plus rapidement elle pourra croître». Aujourd’hui, Didi revendique 14 millions de courses chaque jour en Chine dans 400 villes. Les géants de la technologie chinois Alibaba et Tencent ont investi dans Didi.

LYFT: 2 milliards levés

Plus grand concurrent d’Uber aux Etats-Unis, Lyft a levé environ deux milliards de dollars, dont la moitié via General Motors. Fondé en 2012, Lyft a bénéficié du soutien de 31 investisseurs via 9 tours de financement. La société a noué un partenariat avec Didi pour que son application soit utilisable en Chine.


Sur le même sujet:

Publicité