Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Roger von Mentlen, responsable Personal Banking chez UBS, lors de la conférence de presse de jeudi, à Winterthour.
© Emmanuel Garessus

Banque

UBS crée une agence pop-up pour étudiants

La grande banque ouvre une agence à caractère éphémère, face à la haute école spécialisée de Winterthour, un lieu d’échange, de travail et d’activités financières numériques, mais sans bancomat. Est-ce la banque du futur? 

A 100 mètres d’une agence de type classique, UBS ouvre ce vendredi un espace destiné aux jeunes étudiants. Ce lieu de réflexion, de travail et d’échange est prévu pour l’accueil de 30 à 40 personnes. L’emplacement traduit les intentions de la banque. A cinq minutes de la gare, il fait face à la haute école spécialisée de Winterthour (ZHAW), laquelle compte 10 000 étudiants.

Lire aussi:  Sergio Ermotti: «Rien n’est sûr à 100%, pas même le fait qu’UBS reste en Suisse»

L’agence est éphémère (pop-up) dans la mesure où ce projet pilote est ouvert jusqu’à fin janvier. Dans les pays anglo-saxons, les agences pop-up prennent souvent la forme d’un container offrant des services pour un temps limité. Mais l’idée, toujours utilisée en milieu urbain, est également employée dans d’autres métiers, par exemple dans l’automobile, à l’image de Porsche, et l’ameublement, avec Ikea.

UBS Concept Space +, selon la terminologie de la banque, «n’est pas inspiré d’un modèle existant ailleurs, par exemple aux Etats-Unis», explique Roger von Mentlen, responsable du Personal Banking auprès d’UBS. Cet espace de coworking dispose d’un accès gratuit à Internet, des tableaux blancs de conférence et un grand écran pour les présentations. La zone lounge permet aux plus petits groupes de travailler en équipe, d’échanger et de boire gratuitement un café. Le coworking est multidimensionnel. Il permet de travailler entre étudiants, mais aussi de réaliser des échanges entre la banque et les étudiants ainsi qu’entre employés d’UBS.

Les trois objectifs de la direction

L’objectif de l’agence pop-up est triple, selon la direction. C’est d’abord un lieu de coworking pour étudiants, équipé avec tablettes, accès wi-fi et de nombreuses prises de courant. L’endroit se veut aussi un lieu ouvert aux activités bancaires, même s’il n’a pas de bancomat. «Il est prévu pour les activités de banque numérique, par exemple pour que les millennials puissent découvrir et réaliser des transactions par portable. Les conseillers UBS présenteront, à travers des ateliers interactifs, par exemple l’application de paiement Twint, le calculateur numérique de prévoyance ou les applications de mobile banking. Grâce à l’ouverture numérique de comptes, les étudiants peuvent souscrire sur place à un paquet bancaire gratuit Campus.

«L’échange ira dans les deux directions. Nous voulons aussi apprendre et mieux connaître les besoins des étudiants», ajoute Roger von Mentlen. L’institut tente en effet d’évaluer le degré de discrétion recherché, l’outil le plus approprié pour les activités bancaires, et la structure de frais adaptée au monde numérique.

Troisièmement, l’agence à caractère éphémère organisera des manifestations culturelles, deux soirs par semaine. Du théâtre d’improvisation à des dégustations culinaires, en passant par des concerts de salon. Elle sera naturellement aussi ouverte à des discussions financières. La souplesse du programme permet aussi d’y intégrer les idées de manifestations proposées par les visiteurs.

Bientôt en Suisse romande?

«Nous sommes la première banque à présenter ce type d’agence à caractère éphémère», déclare Roger von Mentlen. La nouvelle agence est ouverte de lundi à vendredi de 8h30 à 18h30 et les mercredis et jeudis jusqu’à 22h30.

C’est un projet pilote destiné à savoir quel type d’agence est le plus adapté aux millennials. La réussite de cette expérience sera mesurée «en partie en fonction du nombre de comptes ouverts par les jeunes étudiants», selon la direction. La banque aimerait aussi mieux comprendre la part des activités bancaires qui peut être réalisée dans une agence ou à la maison. «Nous voulons aussi savoir si une agence est un lieu adapté aux étudiants pour se préparer à un thème numérique analysé à l’université. Ou si nous pouvons motiver des jeunes à travailler chez UBS après leurs études. Ou encore quels profils bancaires les intéresseraient à l’avenir», indique Roger von Mentlen.

Lire également:  Comment l’économie suisse peut profiter de la numérisation

Le projet de banque pop-up pourrait être testé en Suisse romande. Mais la décision n’est pas encore prise. Cela dépend du succès de l’agence de Winterthour. «Elle pourrait se situer en milieu urbain et étudiant, à Neuchâtel, Nyon ou Lausanne», selon la direction.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)