Après la décision historique du Tribunal de Paris d’infliger mercredi à UBS une amende record de 3,7 milliards d’euros pour «blanchiment aggravé de fraude fiscale» et «démarchage bancaire illégal sur le territoire français», les avocats de la banque helvétique ont riposté jeudi, après avoir interjeté appel. Selon eux, «aucun des arguments mis en avant par la défense durant le procès de six semaines (du 8 octobre au 15 novembre 2018) n’a été retenu» dans le jugement de 217 pages rendu par la présidente du tribunal, Christine Mée.