Attendus respectivement ce mardi et jeudi prochain, les résultats trimestriels des deux géants bancaires UBS et Credit Suisse Group devraient encore afficher une progression par rapport à la même période de l'exercice 2003. Compte tenu de facteurs saisonniers – les clients aisés sont eux aussi plus enclins à prendre des vacances qu'à remanier leur portefeuille en été – ces résultats devraient toutefois s'inscrire en baisse par rapport au trimestre précédent. Le consensus des analystes table ainsi sur un bénéfice de 1,65 milliard de francs pour UBS (–16,3% par rapport au trimestre précédent) et de 989 millions pour CS Group (–32,1%).

Selon Christoph Ritschard, spécialiste du secteur auprès de la Banque cantonale de Zurich (BCZ), UBS devrait continuer à pouvoir compenser plus facilement la baisse de ses revenus (–2,7% sur le trimestre précédent) par des économies de coûts équivalentes (–3,2%). Sa rentabilité profitera en outre de la disparition des 250 millions de charges extraordinaires (provisions fiscales et amende sur des opérations abusives payées à la SEC) qui avaient obéré le deuxième trimestre.

La première consolidation intégrale de Motor Columbus (qui contrôle le groupe énergétique Atel) dans les comptes du groupe UBS ne devrait avoir qu'une faible incidence sur le résultat (+18 millions selon la BCZ). Au chapitre des charges, UBS a en outre fait savoir lundi que la masse salariale de ses employés (sans les bonus) en Suisse serait augmentée de 2,3% le 1er mars 2005.

Bien plus grandes sont, à nouveau, les incertitudes qui planent sur CS Group, dont les résultats trimestriels seront présentés pour la première fois jeudi par son nouveau responsable des finances Renato Fassbind, un ancien d'ABB. Ces incertitudes concernent tout à la fois les assurances Winterthur (LT du 6 octobre) – un désinvestissement est généralement attendu – ainsi que la réorientation stratégique de la banque d'investissement CS First Boston (LT du 26 octobre), décevante au deuxième trimestre. Mais ce n'est en principe que le 7 décembre prochain que CS Group prévoit de présenter la nouvelle stratégie de sa banque d'affaires CSFB, dirigée par Brady Dougan (45 ans), qui a remplacé John Mack.

Gestion de fortune: Credit Suisse fortement exposé

Malgré les résultats décevants présentés par les banques américaines au troisième trimestre, Regina Anhorn, analyste auprès de la banque LODH, ne s'attend qu'à un recul infime du bénéfice avant impôts de UBS Investment Bank (994 millions de francs) par rapport au trimestre précédent. En revanche, la division comparable de CSFB (Institutional Equities) devrait voir le sien encore reculer, de 77% à 30 millions de francs. Jacques-Henri Gaulard, de Merrill Lynch, craint même une perte nette de 33 millions.

Comme lors du premier semestre, la gestion de fortune et la banque grand public en Suisse devraient à nouveau permettre aux deux géants d'afficher une meilleure résistance au déclin des revenus du négoce. L'affaiblissement saisonnier observé habituellement dans la gestion de fortune au troisième trimestre devrait cependant être plus durement ressenti par CS Group, en raison d'une plus forte exposition aux revenus des transactions. La gestion de fortune (private banking) devrait ainsi générer près de la moitié du bénéfice de UBS et plus de 60% de celui de CS Group au troisième trimestre 2004.