Ils seront deux à répondre jeudi face au Congrès des accusations de fraude fiscale lancées contre UBS aux Etats-Unis. Le premier témoin n'est autre que Martin Liechti, le directeur de la gestion de fortune de la banque. La sous-commission d'enquête du Sénat, qui l'a cité à comparaître, l'avait pour ainsi dire sous la main. Le banquier suisse se trouve retenu depuis plus de deux mois en Floride. Appelé comme témoin dans l'affaire Birkenfeld, il ne peut quitter le territoire américain. Un deuxième employé d'UBS est convoqué. Il s'agit de Mark Branson. Les raisons qui ont incité le Sénat à le faire témoigner demeurent mystérieuses. Il est présenté comme le chef financier de la division dirigée par Martin Liechti.

Les membres de la sous-commission les interrogeront pour déterminer si UBS a incité des Américains à déposer leur argent en Suisse sans le déclarer au fisc. En revanche, ils n'ont pas convoqué le principal acteur dans cette affaire: Bradley Birkenfeld, l'ancien gérant de fortune, actuellement jugé pour fraude fiscale en Floride. Egalement visée, la première banque du Liechtenstein, LGT, a refusé de comparaître.