Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Le siège français d’UBS lors d’une perquisition en 2013.
© KENZO TRIBOUILLARD

Gestion de fortune

UBS sera jugée en automne à Paris et risque gros

La banque suisse encourt une amende qui pourrait atteindre 5 milliards d’euros pour avoir démarché des clients français et avoir ouvert des comptes non déclarés

UBS, poids lourd mondial de la gestion de fortune, sera jugée à Paris en octobre et novembre pour un vaste système de fraude fiscale, premier procès en France d’une banque pour une fraude d’une telle ampleur, a décidé jeudi le Tribunal correctionnel.

UBS doit être jugée du 8 octobre au 15 novembre, à raison de trois demi-journées par semaine, pour avoir illégalement démarché une riche clientèle en France entre 2004 et 2012 afin d’ouvrir des comptes non déclarés en Suisse. Le montant des avoirs non déclarés par ces clients au fisc français est estimé par les enquêteurs à quelque 10 milliards d’euros.

Une nouvelle audience de procédure se tiendra toutefois le 4 juin pour faire le point notamment sur des difficultés techniques soulevées par des avocats au sujet de l’ordonnance de renvoi qui saisit le tribunal.

La maison mère suisse UBS AG comparaîtra pour démarchage bancaire illégal ainsi que blanchiment aggravé de fraude fiscale, et sa filiale française pour complicité.

Revoilà Raoul Weil

Six hauts responsables de la banque en France et en Suisse seront également jugés. Trois font l’objet de mandats d’arrêt.

Parmi ces responsables figurent Raoul Weil, ex-numéro trois d’UBS AG, et l’ancien numéro 2 d’UBS France Patrick de Fayet. Ce dernier devait initialement être jugé séparément via une procédure de plaider-coupable, mais celle-ci n’a pas été homologuée.

UBS est accusée d’avoir envoyé en France des commerciaux chargés de démarcher une riche clientèle française repérée lors de réceptions, parties de chasse ou rencontres sportives, pour la convaincre d’ouvrir des comptes non déclarés en Suisse, et aurait en outre effectué un démarchage illégal, ne disposant pas de licence pour exercer des activités en France.

Pour masquer les mouvements de capitaux illicites entre les deux pays, la banque est aussi accusée d’avoir mis en place une double comptabilité dite «carnets du lait», un système dénoncé par d’anciens salariés.

Le groupe réfute les accusations de fraude fiscale, considérant que son implication dans de telles opérations n’est pas démontrée.

D’après une source proche du dossier, les juges Guillaume Daïeff et Serge Tournaire évaluent le montant des avoirs non déclarés par UBS au fisc français à 10,6 milliards d’euros au 1er juin 2006, sans fournir d’estimation plus récente.

L’amende encourue par la banque lors du procès peut se monter «jusqu’à la moitié de la valeur ou des fonds sur lesquels ont porté les opérations de blanchiment», selon le Code pénal.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)