UBS a déposé une demande en Chine pour obtenir une licence de banque numérique. Cela lui permettra de créer une plateforme en ligne, majoritairement détenue en mains propres, pour cibler les épargnants et les investisseurs de l’Empire du Milieu.

Pour ce faire, il faudra d’abord que Pékin approuve une nouvelle réglementation sur les banques numériques. Celle-ci devrait être discutée durant la double session du parlement chinois, qui s’ouvre le 22 mai, et adoptée d’ici à août, pensent la plupart des observateurs. Une douzaine d’acteurs, dont la première banque suisse, ont déjà fait part de leur intérêt pour obtenir une telle licence.