C’est un revirement spectaculaire. Après avoir refusé à plusieurs reprises de s’immiscer dans l’invasion de l’Ukraine, DJI a finalement cédé. Dans la nuit de mardi à mercredi, le groupe chinois a annoncé la cessation de ses ventes de drones en Russie et en Ukraine. Ce changement de stratégie est doublement important. D’abord parce qu’il s’agit du numéro un mondial du marché du drone civil. Ensuite parce que DJI est chinois: vu la neutralité que veut afficher Pékin dans le cadre de ce conflit, cette annonce est marquante à ce titre également.