Matières premières

Un accord des producteurs de pétrole se profile

Selon les déclarations du président vénézuélien, Nicolas Maduro, les producteurs devraient s'entendre pour stabiliser les prix du brut d'ici la fin septembre

En clôture du 17e sommet du mouvement des pays Non-Alignés, dont il assumait la présidence, Nicolas Maduro a assuré dimanche que les producteurs de pétrole, membres ou non de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), sont «proches» d'un accord pour stabiliser les prix du brut.

Le président vénézuélien a affirmé s'être entretenu sur le sujet avec ses homologues iranien Hassan Rohani et équatorien Rafael Correa, tous deux membre de l'OPEP. «Le président Rohani a fait une déclaration très importante sur la volonté de l'Iran de contribuer de façon nécessaire, juste et partagée à la stabilisation des prix», a rapporté Nicolas Maduro.

Lire aussi:  L'excès d'offre de pétrole va-t-il perdurer ?

Selon lui, un accord pourrait être trouvé avant la fin septembre «pour stabiliser le marché, améliorer et stabiliser les prix du pétrole».

Le gel de la production réclamé par le Venezuela

Le Venezuela, dont l'économie a sombré avec la chute des cours du brut, affiche désormais la pire inflation au monde, attendue à 720% cette année par le FMI, et une pénurie touchant 80% des aliments et médicaments.

Le président vénézuélien a également abordé la question de l'équilibre de l'offre de pétrole avec les représentants du Qatar et de l'Indonésie, deux pays membres de l'Opep, a annoncé le ministre vénézuélien du Pétrole, Eulogio del Pino. Ces entretiens précèdent une réunion informelle qui réunira les 14 membres de l'OPEP du 26 au 28 septembre à Alger, a indiqué Eulogio del Pino.

Lire aussi:  Au Venezuela un kilo de pommes de terre se vend un dixième du salaire minimum

Le Venezuela, qui possède les plus importantes réserves de pétrole au monde, milite pour le gel de production après la chute des cours du brut passés sous les 30 dollars au début de l'année. Mais il se heurte à l'opposition de l'Arabie saoudite, qui souhaite laisser le marché fluctuer librement. 

Publicité