Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
Les honoraires des administrateurs de PME, ici Designergy (panneaux solaires), sont en baisse par rapport à 2014, selon une étude.
© PABLO GIANINAZZI

Gouvernance

Un administrateur d’une PME suisse gagne 22 000 francs par an en moyenne

Le pourcentage de femmes n’est plus que de 14% dans les conseils d’administration de PME, selon une étude de BDO et de l’Université de Saint-Gall. Les honoraires des conseils d’administration ont diminué de 12% par rapport à 2014

En 2017, la rémunération moyenne d’un membre du conseil d’administration d’une PME suisse s’élève à 22 000 francs par an, selon une étude du consultant BDO et de l’Université de Saint-Gall, présentée ce mercredi. L’analyse porte sur 689 entreprises comptant jusqu'à 1000 collaborateurs.

La proportion de femmes dans les conseils d’administration de PME n’est plus que de 14%, alors qu’elle était encore de 15% en 2014. Selon les auteurs, le recul est faible et non significatif. La baisse la plus marquée est enregistrée dans le commerce et les services financiers. Le pourcentage le plus élevé (17%) se situe au sein des très petites entreprises (jusqu’à dix employés). Il s’agit alors de membres de la famille.

Baisse de 11,8% des honoraires des présidents

La diminution des honoraires des administrateurs s’explique par la baisse ou l’absence de rémunérations basées sur les résultats ainsi que par une baisse volontaire des rémunérations des propriétaires.

A lire aussi: Les rémunérations variables ont perdu de leur poids dans le secteur financier

Les présidents du conseil d’administration de PME gagnent 30 700 francs en moyenne (–11,8% par rapport à 2014). Dans de nombreuses entreprises, cette rémunération est demeurée inchangée ou a même augmenté, mais, dans un petit nombre de cas, la baisse a été si forte que la moyenne en est affectée. Selon les auteurs, la raison tient aux honoraires liés au succès de l’entreprise en 2014. Les présidents copropriétaires sont plus enclins à accepter une baisse que ceux qui ne sont pas propriétaires, écrivent les auteurs.

A lire aussi: Rémunération et marchés financiers dans l’économie de la connaissance

Mais de grandes différences apparaissent. Quelque 42% des présidents de PME gagnent moins de 10 000 francs par an. En revanche, les honoraires dépassent 50 000 francs pour près de 14% d’entre eux et même 100 000 francs pour 6,4%.

Un effet de taille

La disparité des indemnités des présidents de PME est liée à la taille de l’entreprise. Si les très petites entreprises, de moins de dix employés, versent 19 219 francs par an au président, celles de taille moyenne, soit de 51 à 250 collaborateurs, dépensent 33 000 francs et les plus grandes, de 251 à 1000 collaborateurs, plus de 70 000 francs.

Les indemnités des vice-présidents, membres des comités et membres ordinaires du conseil se situent entre 15 000 et 17 000 francs. La plus forte diminution enregistrée entre 2014 et 2017 frappe les vice-présidents (–23%), les membres des comités (–21%) et les délégués (–19%).

Les écarts de rémunération entre les branches d’activité tendent à se resserrer. Les honoraires les plus élevés sont enregistrés dans les services financiers, avec 25 362 francs en moyenne.

Des administrateurs trop âgés?

Les présidents de conseils d’administration exercent en moyenne 2,7 mandats de conseil d’administration. Pour les autres membres, il s’agit de 2,2 mandats.

A lire aussi: Les actionnaires de Credit Suisse ont validé les rémunérations

Deux tiers des membres du conseil d’administration sont âgés de 50 ans ou plus. En raison du défi numérique, il faudrait davantage faire appel aux jeunes personnes qualifiées, selon Werner Schiesser, directeur général de BDO. Il ajoute qu’«il n’est possible de s’appuyer que de manière limitée sur l’expérience acquise, et les méthodes traditionnelles peuvent constituer un obstacle. C’est pourquoi il convient de rechercher une approche alliant expérience et nouvel état d’esprit.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)