L'Italien de 48 ans domicilié en Suisse a admis avoir aidé ces contribuables à cacher leur fortune dans des comptes bancaires suisses, indique le ministère de la Justice américain dans un communiqué.

L'ex-salarié a également reconnu avoir géré un portefeuille d'environ 700 millions de dollars (664 millions de francs), en grande partie composé de résidents de la côte ouest américaine. Il a estimé le manque à gagner pour le fisc américain (IRS) entre 1,5 million et 3,5 millions de dollars.

Pas une première

«Il s'agit du troisième fugitif à se rendre aux Etats-Unis et à plaider coupable», a précisé l'assistante du procureur Caroline Ciraolo. Elle a averti que la justice américaine travaillait «sans relâche» à la poursuite d'autres personnes accusées d'évasion fiscale.

«Nous allons continuer nos efforts et poursuivre les contribuables américains qui évitent de payer leur dû ainsi que les professionnels peu scrupuleux qui facilitent leur démarche», a martelé le responsable des enquêtes criminelles de l'IRS, Richard Weber.

L'ancien employé risque jusqu'à cinq ans de prison, ainsi que le versement de dommages et intérêts, selon le DoJ. Deux autres ex-salariés de Credit Suisse ont été condamnés, en mars 2015, pour des faits similaires.

Pour rappel, le numéro deux bancaire helvétique a reconnu, fin mai 2014, avoir volontairement conseillé et aidé des clients américains à frauder le fisc. L'établissement bancaire a payé 2,6 milliards de dollars pour régler le contentieux.

Lire aussi:  Credit Suisse et HSBC rejettent les soupçons de fraude fiscale