justice

Un ancien trader d'UBS acquitté aux Etats-Unis

Accusé de manipulation des cours, l’ancien trader de la banque UBS André Flotron a été acquitté par un jury aux Etats-Unis. Il faisait partie d’un groupe de huit traders poursuivis en justice par la CFTC et le département de la Justice

André Flotron, un ancien trader de la banque suisse UBS, accusé d’avoir participé à des manipulations concertées des marchés des métaux précieux, or et argent notamment, a finalement été acquitté mercredi par un jury aux Etats-Unis. «Nous, le jury, avons jugé à l’unanimité l’accusé André Flotron non coupable du chef de conspiration pour commettre une fraude sur les matières premières», peut-on lire dans un verdict daté de mercredi.

M. Flotron avait été arrêté en septembre 2017 et remis ensuite en liberté sous caution. Il faisait partie d’un groupe de huit traders poursuivis en justice par la CFTC, le régulateur des marchés des matières premières, et le département de la Justice (DoJ) pour «fraude» et «spoofing».

Une pratique illégale depuis 2009

La pratique du «spoofing» consiste à placer de faux ordres et à les retirer rapidement. Ces ordres non exécutés font bouger les prix des actifs dans une direction bénéfique pour les traders voulant exécuter l’ordre d’un client, ou les prix des contrats à terme dans une direction favorable aux traders qui doivent clôturer des positions.

Elle a été rendue illégale par la loi de régulation financière Dodd-Frank adoptée en 2009 pour éviter une nouvelle crise financière. Chez UBS, la pratique a duré de janvier 2008 à décembre 2013, selon les régulateurs. En janvier, UBS, Deutsche Bank et HSBC ont passé un accord avec la CFTC et le DoJ comprenant une amende totale de 46,6 millions de dollars pour éviter des poursuites judiciaires.

Autres traders dans le viseur de la justice

Les autres traders accusés par les autorités dans cette affaire sont: Krishna Mohan à New York, Jitesh Thakkar de Napperville dans l’Illinois (centre), Edward Bases et John Pacilio du Connecticut (est), Jiongsheng Zhao d’Australie, James Vorley, un citoyen britannique et Cédric Chanu, un Français vivant actuellement aux Emirats arabes unis.

David Liew, un ancien courtier de Deutsche Bank, a lui plaidé coupable en juin dernier et coopère depuis avec les enquêteurs.

Publicité