Autre laboratoire expérimental à Eindhoven: le «carelab». Il s'agit d'un appartement avec cuisine, salle de bains, chambre à coucher et séjour. Des volontaires y passeront quelques heures, voire quelques jours. Le «carelab» s'adresse aux personnes atteintes d'une maladie cardiaque. Dans la chambre à coucher, des électrodes sont intégrées dans le matelas et l'oreiller pour mesurer l'activité cardiaque au lieu de «câbler» le patient. «Nous développons également des vêtements qui peuvent enregistrer en continu l'électrocardiogramme sur une longue durée, indispensable pour poser un diagnostic précis des troubles cardiaques», explique Ivo Lurvink, CEO de la division santé chez Philips. Le «carelab» contient une centaine de capteurs qui permettent de prévenir les courants d'air ou d'éclairer discrètement et automatiquement la chambre à coucher lorsqu'une personne se lève de son lit dans le courant de la nuit. Le patient dispose également d'un téléviseur offrant différents services (vidéo à la demande, diffusion de programmes TV analogiques ou numériques, accès à Internet, commande de repas, accès aux données médicales électroniques, jeux et téléphonie). Le groupe néerlandais, essentiellement connu pour ses téléviseurs et ses ampoules, se concentre de plus en plus dans les systèmes médicaux, dont la marge opérationnelle est plus importante que celle de l'électronique de divertissement.