Donner d’une main et reprendre de l’autre? Les multinationales installées en Suisse admettent qu’elles ne pourront pas échapper à l’impôt minimum global de 15% sur leurs bénéfices. Selon un sondage réalisé par le bureau de conseil Deloitte Suisse publié jeudi matin, elles voudraient en contrepartie que la Confédération leur fasse un cadeau. Par exemple, l’abolition de l’impôt anticipé – pour 2022, la Confédération prévoit des recettes de 7,08 milliards de francs – ou encore la réduction de contributions aux assurances sociales par exemple.