Un banquier d'affaires de Credit Suisse a été arrêté jeudi aux Etats-Unis. Il est soupçonné de délit d'initié, a indiqué l'autorité de surveillance américaine de la Bourse (SEC). C'est le deuxième cas de ce genre cette année, après les accusations faites en mars à des employés de Morgan Stanley, UBS et Bear Stearns. L'homme, qui fait l'objet de 25 chefs d'accusation, aurait communiqué des informations confidentielles sur au moins neuf accords de fusion auxquels la banque a participé. La vente du groupe énergétique texan TXU, une opération à 32 milliards de dollars, en ferait partie.

Credit Suisse s'est dit «choqué et déçu» qu'un de ses employés ait abusé de la confiance de la banque et des clients. L'établissement helvétique a immédiatement transmis le cas aux autorités compétentes. L'enquête n'est pas encore terminée, a indiqué un collaborateur de la SEC.

Le banquier aurait commencé ses agissements dès son entrée chez Credit Suisse Securities USA LLC en mars 2006. Il a livré des informations à un banquier pakistanais. Dans l'opération touchant TXU, un jour avant l'annonce de la vente de l'entreprise à un groupe d'investisseurs, 18000 options ont changé de mains, soit sept fois plus que d'habitude. Selon la SEC, le banquier pakistanais avait acheté quelque 6700 options après avoir reçu des appels du collaborateur indélicat. Il aurait ainsi empoché une plus-value de 7,5 millions de dollars. Les soupçons portent aussi sur d'autres opérations, notamment Hydril, Jacuzzi Brands, Trammell Crown ou encore John Harland.