Agroalimentaire

Un café sur quatre consommé dans le monde vient de Nestlé

Le marché du petit noir, pourtant en pleine concentration, reste dominé par le groupe veveysan. Celui-ci détient 22,2% des parts de marché, selon une étude d’Euromonitor. C’est deux fois plus que son principal concurrent

Le torréfacteur italien Lavazza se porte bien. Après avoir enregistré un chiffre d’affaires en hausse de 29% à 1,9 milliard d’euros (2,07 milliards de francs), l’entreprise turinoise – toujours en mains familiales – dispose de quelque deux milliards d’euros pour grandir, a-t-on appris mardi lors de la présentation de ses résultats.

La concentration pourrait donc se poursuivre dans le secteur. L’année dernière, la société avait déjà acheté les marques française Carte Noire et danoise Merrild. Elle détient, en valeur, 2,7% du marché mondial. C’est mieux que Starbucks (2,5%), mais moins bien que le groupe familial néerlandais Jacobs Douwe Egberts (10,1%), propriétaire des marques L’Or, Tassimo ou Senseo. Et loin du leader du secteur, Nestlé, qui détient 22,2% des parts du marché mondial, selon une récente étude du cabinet d’analyse Euromonitor.

Le déclin? «Fake news»

Analyste chez Vontobel, Jean-Philippe Bertschy souligne que, contrairement aux commentaires généralement négatifs, Nestlé reste leader absolu sur le marché des capsules en Europe. A l’image du marché français qui constitue, selon lui, un bon reflet du secteur: «Les 150 producteurs de capsules compatibles avec les machines Nespresso vendent pour 230 millions d’euros de capsules. Nestlé vend à lui seul pour près d'un milliard d’euros.»

Lire aussi: Peter Brabeck: «Nestlé doit poursuivre son orientation scientifique»

Depuis l’implantation des usines Nespresso, la Suisse est même devenue le premier exportateur mondial de café torréfié. Selon les estimations du professeur Chahan Yeretzian, directeur du Centre de compétences sur le café de la Haute Ecole zurichoise de sciences appliquées (ZHAW), l’ensemble des branches du café représente 1% du produit intérieur brut helvétique.

Face à cette puissance dominante, la concurrence se regroupe, comme le soulignait mardi le directeur de Lavazza: «Si nous voulons rester indépendants face à ce grand processus de consolidation, il n’y a qu’une possibilité: croître. Soit vous vendez, soit vous grandissez, il n’y a pas d’alternative.»

C’est ce que fait aussi le groupe veveysan, inventeur du café soluble et en capsule. Nestlé a inauguré mardi une nouvelle usine Nescafé à Dubaï. Toutes marques confondues, c’est sa 18e au Moyen-Orient.

Publicité