Technologie

Un casque de vélo ultrabranché

La société Livall développe des casques connectés dotés de plusieurs fonctions intéressantes

Tendre le bras à gauche ou à droite pour indiquer aux automobilistes que l’on compte bifurquer? Attention, ce geste pourra peut-être paraître «has been» sur les routes. La société chinoise Livall, basée à Shenzhen, débute la commercialisation de plusieurs casques connectés destinés à rendre plusieurs services aux cyclistes branchés.

Le point fort des modèles BH60 et BH100, ce sont les éclairages LED qui se trouvent à l’arrière du casque. Ces lumières servent d’abord de phare arrière rouge, sur le milieu du casque. Et une simple pression sur un petit capteur placé sur le guidon permet d’allumer les LED à gauche et à droite, assurant ainsi davantage de sécurité au cycliste au moment de tourner, particulièrement la nuit.

Alerte en cas de choc

Ces casques branchés, pesant environ 300 grammes pour les appareils de dernière génération, ne se limitent pas à ces fonctions. Ils intègrent aussi des accéléromètres permettant à l’accessoire de détecter lorsque son propriétaire fait une chute violente. Immédiatement, le système envoie une alerte à des personnes de son entourage, dont les coordonnées auront au préalable été enregistrées via l’application pour smartphone que développe aussi Livall.

Les amateurs de multimédia ne devraient pas être en reste, puisque ces casques connectés permettent bien entendu d’écouter la musique qui se trouve dans son smartphone. Et sont capables également de recevoir et d’émettre des appels sans fil, les accessoires étant équipés d’une puce Bluetooth. Toujours dans le rayon communication, ils disposent d’un élément de type talkie-walkie pour discuter avec les cyclistes (forcément eux aussi branchés) roulant près de soi.

Attention à la batterie

Comme pour tout objet connecté portable, il faudra porter une attention toute particulière à la batterie, qui se charge via un port Micro USB. Compter environ trois à six heures d’autonomie lorsque les fonctions les plus gourmandes en énergie (lumières et musique) sont activées.

Livall en est encore au tout début de ses activités. La société a beau sponsoriser une équipe cycliste chinoise (la NingXia Sports Lottery Livall Cycling Team), elle ne commercialise pas directement ses casques. Mais on en trouve actuellement facilement sur lecyclo.com eBay ou Amazon, à partir d’une centaine de francs. Livall a déjà eu du succès en recherchant des fonds sur le site de financement participatif Indiegogo, où la société a récolté 105 000 dollars, soit le double de ce qu’elle avait demandé initialement.

Publicité