La bataille aura été longue pour Stadler qui s'annonce gagnant dans un communiqué. Il a signé lundi avec les chemins de fer hongrois MAV. Le troisième recours du concurrent Bombardier contre la (troisième) décision positive de MAV aurait été refusé par la Commission des litiges hongroise en fin de semaine passée, selon un communiqué de Stadler diffusé lundi. «Faux, répond Ulrich Bieger, de Bombardier; d'après le contrat de MAV que nous avons entre les mains, le contrat n'est valable que si la Commission donne son feu vert. Nous attendons sa réponse à notre recours dans quelques semaines.»

Le contrat doit permettre à Stadler d'engranger 700 millions de francs en équipant la périphérie de Budapest, tout d'abord de 30 trains FLIRT. Une option sur 30 trains supplémentaires est ouverte. L'entreprise suisse va surtout pouvoir attaquer à partir de la Hongrie les marchés très prometteurs de l'Europe de l'Est. Stadler n'a pas été joignable pour commenter son communiqué.

Racheté par le conseiller national Peter Spuhler (UDC) en 1989, Stadler emploie 1200 personnes en Suisse et en Allemagne, pour un chiffre d'affaires de 556 millions.