Les automobilistes suisses ont déboursé en moyenne 1,59 fr. par litre de sans-plomb 95 en janvier. Le mois dernier, cette moyenne est descendue à 1,54 fr. En mars, elle tombera encore davantage. Cette tendance baissière ne passe pas inaperçue, d'autant plus que «la Suisse ne connaît traditionnellement pas de fluctuations massives à la pompe, même en cas de crise», affirme Avenergy (ex-Union pétrolière), l'association faîtière des fournisseurs d'essence, de diesel et de mazout.

Lire aussi: Pourquoi la chute du pétrole est inquiétante