L'effet potentiellement négatif de la réduction de la liquidité sur la performance de la plupart des stratégies alternatives est un fait. En effet, hormis les stratégies de type Macro et CTA utilisant des instruments très liquides comme les futures, la plupart des stratégies sont rémunérées justement parce qu'elles prennent ce risque d'illiquidité. Autrement dit, la plupart des stratégies alternatives sont «long» des actifs peu liquides et «short» des actifs liquides. Ce risque atteint son apogée dans les stratégies de type distress. L'effet négatif de la réduction de la liquidité est encore magnifié par le fait que les gestionnaires alternatifs ont tendance à traiter ces actifs selon des critères d'investissement comparables. Les techniques de gestion des risques étant uniformes dans l'industrie, tous les éléments sont réunis pour que ces stratégies soient corrélées à la baisse. Ce phénomène a été observé durant l'été 1998 dans l'univers du crédit. Plus récemment (octobre 2005 et mai 2006), dans les marchés actions cette fois, l'évidence de la concentration des positions longues dans des marchés potentiellement illiquides est apparue (marchés émergents, secteurs de l'énergie et moyennes capitalisations).

L'effet négatif de la hausse des taux doit être nuancé car il faut différencier les taux courts et les taux longs. En effet, nombre de stratégies n'utilisent que peu de cash pour implémenter leurs positions. Ce cash étant mieux rémunéré, la performance de la stratégie ne peut que s'améliorer. Par exemple, les taux américains étant passés de 1% à 5%, la performance de nombre de stratégies (CTA, equity market neutral, bank loans... ) devrait s'améliorer de 4%, toutes choses égales par ailleurs.

L'histoire nous a par contre montré que la hausse des taux longs engendre un environnement problématique pour les styles actifs dans les taux (Macro et CTA). En effet, une hausse des taux longs s'effectue de manière non linéaire et est rarement prévisible. Par le passé, les gestionnaires ayant pu générer des profits en «shortant» des taux l'ont réalisé plus par hasard que de manière consistante.

La bonne nouvelle est que la conjonction d'une réduction de la liquidité et d'une hausse des taux s'accompagne en général d'une importante hausse de la volatilité. Il est donc possible de profiter de cet environnement en choisissant des stratégies alternatives adéquates.