A première vue, Gongda Xue menait une vie paisible. Installé en Suisse depuis dix-huit ans, ce biochimiste chinois vivait à Bâle avec son épouse et ses deux enfants âgés de 3 et 8 ans. Il venait de créer une start-up, après avoir œuvré durant six ans pour l’Institut Friedrich Miescher, un centre de recherche affilié à Novartis. Son domaine d’expertise, les protéines à la surface des anticorps, était depuis peu devenu une spécialisation recherchée, grâce à la découverte de traitements anticancéreux se servant du système immunitaire du patient pour attaquer les tumeurs.

Mais derrière ses airs respectables, Gongda Xue avait en fait orchestré une opération d’espionnage industriel dont les ramifications mèneraient jusque dans les couloirs du gouvernement chinois, affirme une plainte américaine à son encontre déposée en mars 2018. Incarcéré aux Etats-Unis, il attend l’ouverture imminente de son procès.