A première vue, Gongda Xue menait une vie paisible. Installé en Suisse depuis dix-huit ans, ce biochimiste chinois vivait à Bâle avec son épouse et ses deux enfants âgés de 3 et 8 ans. Il venait de créer une start-up, après avoir œuvré durant six ans pour l’Institut Friedrich Miescher, un centre de recherche affilié à Novartis. Son domaine d’expertise, les protéines à la surface des anticorps, était depuis peu devenu une spécialisation recherchée, grâce à la découverte de traitements anticancéreux se servant du système immunitaire du patient pour attaquer les tumeurs.