Loisirs

Un forfait à 359 francs pour redonner envie de skier

Vingt-cinq stations de cinq cantons se sont réunies afin d’offrir un abonnement annuel à un prix défiant toute concurrence. Le succès sur l’offre lancée mardi a bloqué le site durant tout l’après-midi

Le secret était bien gardé et l’offre est difficile à croire. D’autant plus qu’elle apparaît alors que les paires de skis sont sur le chemin de la cave. L’offre? Lors de la conférence de presse tenue mardi en grande pompe au cinéma Pathé du Flon à Lausanne, sous la statue en plastique de Hulk, les représentants des 25 stations de ski réunies en coopérative aiment le répéter: «Elle est magique.»

Elle permet surtout de skier pendant la saison 2017-2018 dans 25 stations de ski sur cinq cantons (Valais, Vaud, Fribourg, Berne et Neuchâtel) pour la modique somme de 359 francs, ou 249 francs pour les enfants jusqu’à 16 ans. Un produit limité à disposition depuis mardi à midi sur un site internet pris d’assaut et qui, durant l’après-midi, s’excusait d’être victime de son succès. Les internautes ont été plus de 7000 par minute à se connecter pour bénéficier du sésame.

L’équivalent de six journées

La somme de 359 francs se base sur la consommation moyenne annuelle de six jours de ski en Suisse romande. «C’est un prix cohérent qui vise à donner à nouveau envie aux gens de venir skier», indique le président de Télé-Anzère Sébastien Travaletti.

Sébastien Travaletti précise qu’un fonds de solidarité a été prévu pour soutenir les stations perdantes dans l’équation et il est prévu que toutes les stations touchent la même somme que leurs préventes des trois dernières années.

L’appréhension des sports d’hiver a changé en Suisse: aujourd’hui, on skie moins qu’hier. Les stations, voyant leurs chiffres d’affaires dégringoler, fatiguées de pointer l’enneigement et la météo du doigt, lasses de jalouser la concurrence des offres balnéaires et assommées par le franc fort, ont décidé de prendre les choses en main.

Inspirées par les expériences des stations d’Amérique du Nord et d’Europe de l’Est, elles ont misé sur l’union de leurs forces pour créer le «Magic Pass». «Nous nous sommes rendu compte que nous avions autant besoin des grandes que des petites stations. Si les petites stations qui forment les débutants disparaissent, l’absence de skieurs sera vite ressentie dans les grandes, souligne Sébastien Travaletti. La compétition entre stations menait certaines d’entre elles à leur perte, alors qu’un esprit solidaire va pouvoir les rendre toutes complémentaires.»

Lire aussi: Que coûte le kilomètre de ski?

Le précédent de Saas Fee

Le succès de l’abonnement saison à 222 francs proposé par Saas Fee (VS) en octobre dernier a permis aux derniers récalcitrants de se joindre au projet «Magic Pass». «Cette idée a clairement ouvert une porte», admet Sébastien Travaletti. Le dirigeant se réjouit: «Aujourd’hui, les 25 stations réunies représentent 2,6 millions «journées skieurs» et un total de 70 millions de francs de chiffre d’affaires en remontée mécanique, ce qui placera la société en première place devant les 4 Vallées et les Portes du Soleil.» Les deux entités citées n’auraient, selon les dires des collaborateurs au «Magic Pass», pas été séduites par la nouvelle coopérative.

Contacté par téléphone, Jean-Albert Ferrez, président du conseil d’administration de Téléverbier, se dit surpris: «Téléverbier n’a pas pu se prononcer et ce projet d’alliance a été réalisé sans la participation des stations des 4 Vallées. Il est clair que nous assistons là à un nouveau découpage de l’offre. Nous allons en analyser les conséquences et le cas échéant proposer nous aussi de nouvelles offres.»

Le nombre de forfaits proposés par «Magic Pass» demeure secret. Une fois le premier contingent d’abonnements atteint, un second essaim de forfaits, plus chers mais à un prix «toujours raisonnable», sera proposé.

Une ombre au tableau des habitués peut-être, au bénéfice du «Magic Pass», les forfaits de ski gratuits réservés aux enfants jusqu’à 9 ans dans les Alpes vaudoises ont été abandonnés. «Mais les familles restent gagnantes», précise le président de Télé-Anzère.

Publicité