Plus qu'une année thématique, une décennie. La période de 2005 à 2014 a été décrétée «décennie de l'éducation en vue d'un développement durable» par l'Assemblée générale de l'ONU. A Genève, le 29?janvier, experts et curieux sont appelés à réfléchir à la traduction de cette notion dans les écoles, les universités et les médias*. Des responsables fédéraux et des Nations unies se pencheront ainsi sur l'éducation ou les modes de consommation.

Dans les milieux de la formation, de tels appels se multiplient, motivés par le fait qu'après les grandes déclarations du Sommet de Rio en 1992, les institutions pédagogiques n'ont pas fait grand-chose. Fondateur et directeur de l'association Geduc, qui organise la manifestation sous le patronage de la commission suisse pour l'Unesco, Alexandre Dufresne déplore que «les universités soient pratiquement absentes de ces enjeux».

La matière est plutôt abstraite. Les tenants du développement durable ne plaident pas pour des cours d'écologie dans les écoles et les facultés, mais pour un changement général d'orientation: «Ce n'est pas une branche, mais une perspective glo­bale», indique Alexandre Dufresne. Face aux «savoirs en miettes» de la science moderne, les partisans d'une réforme en profondeur plaident pour l'interdisciplinarité et une nouvelle orientation des cursus. La demande émane des représentants des étudiants eux-mêmes. Dans un «message de Nouvel An» au président de la Confédération, Samuel Schmid (LT du 30.12.2004), des associations suisses de jeunes et d'étudiants, ainsi que le WWF, ont voulu rappeler le Conseil fédéral à ses engagements, évoquant aussi bien l'égalité des chances, la gestion des bâtiments et de l'énergie dans les hautes écoles ou la prise en compte des questions écologiques dans l'enseignement et la recherche. A Genève, le rectorat veut créer une nouvelle faculté dite «des sciences de l'environnement et du développement durable» qui rassemblerait les divers spécialistes de l'institution. Un pas pour la recherche, mais qui n'infléchira pas les autres cursus, estiment les partisans d'une réforme plus profonde, qui veulent saisir l'occasion dite du «processus de Bologne» pour faire avancer leur cause.

* Forum national «Education pour un développement durable», le samedi 29?janvier,

à Uni-Mail, Genève. Rens.: http://www.nationalforum.ch