Entre-Temps...

Un gigantesque poker menteur

CHRONIQUE. La prochaine crise viendra-t-elle du secteur technologique, qui est surévalué et sous-réglementé?

L’économie se ralentit: au troisième trimestre, la croissance du PIB était négative à -0,8% en Allemagne, -1,2% au Japon, et -0,9% à Hongkong. La Chine révise en baisse à +6,5% ses projections pour l’année. Le Royaume-Uni connaît trois trimestres consécutifs de chute des investissements. Seuls les Etats-Unis résistent, mais pour combien de temps?

Ce ralentissement peut-il se transformer en crise économique? Et d’où viendrait le risque systémique? Du secteur bancaire, qui est sous-évalué et surréglementé, ou du secteur technologique, qui est surévalué et sous-réglementé? Chaque crise économique est précédée par une surestimation des actifs. Aujourd’hui, c’est le cas pour le secteur technologique. Tout le monde le sait mais personne ne veut le dire ouvertement.

La correction a commencé

Et pourtant la correction a commencé. L’action d’Apple valait 221 dollars le 27 août, elle en vaut 172  vendredi. Elle a effacé 265 milliards de dollars de capitalisation boursière en quelques mois, soit plus que ce que vaut Procter & Gamble ou Pfizer. Celle d’Amazon culminait à 2003 dollars le 24 septembre, elle en vaut désormais 1511. Google est passé de 1238 dollars le 23 juillet à 1033 dollars. Facebook a chuté depuis 207 dollars le 9 juillet à 131 dollars. Netflix a perdu 40% de sa valeur depuis juin.

La précédente chronique: Il est temps de réhabiliter la globalisation

Il en est de même pour les actions chinoises. Alibaba et Tencent ont perdu plus de 20% depuis début juin. Et pourtant leur succès ne se dément pas. Le 11 novembre, Alibaba a vendu pour 30,8 milliards de dollars en une seule journée et Tencent compense ses pertes sur le marché du jeu vidéo avec WeChat et les paiements mobiles. Mais le marché a peur.

Formidable concours de circonstances

Si les technologiques sont surévaluées c’est parce qu’elles ont bénéficié d’un formidable concours de circonstances. Les politiques expansionnistes des banques centrales ont inondé les marchés de liquidités. Ces liquidités ont souvent été réinvesties dans les bourses au moyen d’instruments de gestion indicielle passive qui reproduisaient et augmentaient la capitalisation boursière de quelques actions technologiques phares. En bref, tout le monde a acheté les mêmes actions, même notre BNS.

A cela s’ajoute la réforme de la fiscalité américaine, qui a conduit ces mêmes entreprises à rapatrier aux Etats-Unis près de 700 milliards de dollars depuis le début de l’année. Tout n’a pas été investi. Une grande partie est allée dans le paiement de dividendes et le rachat d’actions (share buyback). Et de nouveau les actions ont été poussées artificiellement à la hausse.

A ce jeu de poker menteur, personne ne veut dénoncer le bluff. Mais quand cela arrive, c’est violent. Lors de la bulle internet de 2000-2001, l’action de Yahoo! est tombée de 225 dollars à 15 dollars en moins d’un an. Aujourd’hui, la volatilité est de nouveau extrême. L’action de Tesla est passée de 355 dollars le 6 août à 260 dollars le 15 octobre pour remonter à 347 dollars cette semaine. La capitalisation boursière de Tesla est presque le double de celle de Ford. C’est n’importe quoi! Désormais, les actions des entreprises technologiques qui sont les chouchous des bourses figurent aussi en tête de liste des vendeurs à découvert qui spéculent à leur baisse.

Vers plus de réglementation?

Dans cette jungle, les gouvernements essaient bien de réglementer. Les initiatives fiscales se multiplient en Europe et aux Etats-Unis. Le Royaume-Uni et l’Espagne veulent installer une taxe numérique sur les revenus (2-3%). Le Règlement général européen sur la protection des données (RGPD) part d’une bonne intention. Mais qui va lire les 6806 mots pour approuver les conditions qu’impose Apple pour utiliser ses services médias? Pourtant son directeur général, Tim Cook, déclarait cette semaine: «Je pense que c’est inévitable d’avoir plus de réglementation – le Congrès et l’administration le feront certainement.»

Si une dévaluation des valeurs technologiques se fait trop rapidement, elle peut créer un effet de domino qui va entraîner les marchés financiers et affecter l’état de confiance dans l’économie. Ce fut le cas avec la crise bancaire de 2008. C’est là où réside le vrai risque systémique aujourd’hui. Si cela se produisait, les banques centrales seraient bien embêtées. Elles ont pratiquement utilisé tout leur arsenal monétaire lors de la dernière crise, des assouplissements quantitatifs aux taux négatifs. Que leur reste-t-il?

Certes, il ne faut pas faire de catastrophisme. Mais il est possible que, en 2019, investir en bourse et dormir la nuit soit incompatible.

Publicité