Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
/REUTERS
© MIKE BLAKE

Multimédia

Un gros coup de frein sur les abonnements pour Netflix

Malgré de bons résultats trimestriels, le géant de la vidéo en ligne connait une stagnation dans le gain d'abonnés. Les nouveaux tarifs expliquent en partie ce tassement

Jusqu'ici habitué à une très forte croissance, le service américain de vidéo en ligne Netflix a vu son nombre d'abonnés augmenter beaucoup moins que prévu au deuxième trimestre. Cette mauvaise surprise a été lourdement sanctionnée à Wall Street, l'action Netflix plongeant de plus de 13% en fin de journée lundi dans les échanges électroniques suivant la séance officielle à la Bourse de New York.

Le groupe a fait état juste après la clôture d'un total de 83,18 millions d'abonnés à la fin juin, dont 47,13 millions aux Etats-Unis. Cela représente un gain net de seulement 1,68 million d'abonnés comparé à trois mois plus tôt.

Une progression particulièrement décevante aux Etats-Unis

«Nous croissons, mais pas aussi vite que nous le voudrions ou l'avons fait» dans le passé, reconnaît la direction du groupe dans sa lettre trimestrielle à ses actionnaires.

Netflix avait prévenu en avril que ses gains d'abonnés allaient ralentir ce trimestre après une augmentation record de 6,74 millions au premier trimestre, où il avait annoncé son lancement simultané dans 130 nouveaux pays. Le groupe avait toutefois à l'époque dit tabler sur une progression d'encore 2,5 millions d'abonnés, un niveau qu'il n'a finalement pas atteint.

Lire aussi: Netflix vise désormais une présence mondiale

Pour les analystes, la déception est particulièrement forte aux Etats-Unis, où le service n'a gagné qu'environ 160 000 abonnés, quand ils en espéraient autour de 500 000.

La direction de Netflix a blâmé la manière dont les médias avaient couvert en avril la manière dont il fait basculer ses plus anciens abonnés sur les plans tarifaires lancés plus récemment. «Nous pensons que certains membres ont perçu l'information comme une augmentation de prix à venir», indique la lettre aux actionnaires. 

Netflix affirme en revanche que la contre-performance n'était pas due à la saturation du marché, ni à la montée de la concurrence représentée par d'autres services de vidéo et télévision en ligne comme Hulu, Amazon ou YouTube.

Lire aussi: Smartflix, une ombre pour Netflix

«Les contenus originaux de Netflix aident à protéger l'entreprise contre les désabonnements, mais la vérité est que d'autres prestataires -dont Amazon- s'avèrent tout aussi efficaces pour développer et montrer des films et séries exclusifs», nuance Neil Saunders, président de la société de recherche Conlumino.

Le chiffre d'affaires augmente de 28% au deuxième trimestre

Pour lui, la croissance de Netflix devrait se reprendre aux Etats-Unis, mais elle ne retrouvera pas les niveaux élevés du passé. Pour le trimestre entamé début juillet, où son service risque de souffrir de la concurrence des jeux Olympiques, Netflix anticipe un gain total de 2,30 millions d'abonnés, dont seulement 0,30 million sur son marché domestique. La mauvaise surprise sur les utilisateurs a éclipsé des résultats trimestriels globalement meilleurs que prévu.

Le bénéfice net a grimpé de 55% pour atteindre 41 millions de dollars au deuxième trimestre, et le bénéfice par action, qui sert de référence aux Etats-Unis, est ressorti à 9 cents quand les analystes attendaient seulement 2 cents. Le chiffre d'affaires a pour sa part augmenté de 28%, à 2,1 milliards de dollars.

Nous complétons de manière sélective notre service avec des contenus locaux

Netflix est désormais présent dans la quasi totalité des pays du monde, à l'exception notable de la Chine où il a répété lundi qu'il examinait ses option. «Malheureusement, cette année l'environnement réglementaire en Chine pour notre service devient plus difficile», a-t-il toutefois prévenu.

Dans beaucoup de pays où il s'est lancé en janvier, le service vise en outre dans un premier temps une minorité de personnes, intéressées par des programmes en anglais.

Il a aussi dit lundi n'avoir pas l'intention de faire monter les enchères face aux télévisions pour obtenir des programmes locaux dans tous les pays du monde. «A la place, nous complétons de manière sélective notre service avec des contenus locaux», dont Netflix achète les droits ou qu'il produit lui-même localement et dans des langues autres que l'anglais, comme récemment «Marseille» en France. 


A ce sujet

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)