Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L’Université de Genève n’est pas la seule à flexibiliser son offre de formation. Les MBA à temps partiel fleurissent aux Etats-Unis et en Europe. 

Formation

Un MBA à la carte

L’Université de Genève propose un système modulaire: en tout, les étudiants ont neuf ans pour obtenir leur master en business administration (MBA)

Depuis l’année dernière, l’Université de Genève offre plus de flexibilité aux étudiants qui prétendent à un MBA. Concrètement, ceux-ci ne sont pas obligés de s’engager d’office pour deux ans. Ils peuvent avancer petit à petit, au gré de leurs contraintes professionnelles et familiales. En tout, ils ont neuf ans pour obtenir leur diplôme, pas après pas.

Le système est modulable: ils peuvent d’abord suivre des cours pendant six mois afin d’obtenir un CAS, un Certificate of Advanced Studies (certificat de formation continue universitaire). Là, ils peuvent faire une pause, ou décider de continuer six mois de plus, pour obtenir un autre CAS. Avec ces deux CAS, à ce moment-là, ils obtiennent un DAS, un Diploma of Advanced Studies. A ce stade, ils peuvent arrêter, ou décider de repartir sur une année de cours afin d’obtenir leur MBA. Un système flexible qui séduit déjà bon nombre de personnes à Genève.

S’adapter aux rythmes de vie

«Les gens sont devenus mobiles professionnellement et personnellement», explique Raphael H. Cohen, codirecteur académique de la spécialisation (DAS) en entrepreneurial leadership du eMBA de l’Université de Genève. «Ils perdent leur travail, ou alors ils en changent, ils doivent déménager… Comme nous enseignons l’agilité professionnelle, la moindre des choses est de faire preuve d’exemplarité: nos formations s’adaptent aux rythmes de vie et aux contraintes de nos participants.» D’où le nouveau système en vigueur.

Tester, puis s’engager

«Par ailleurs, souligne le spécialiste, les gens ne savent pas à quelle sauce ils seront mangés. Venir assister à 72 jours de cours pour un MBA, c’est un engagement lourd, surtout quand on ne sait pas exactement quel effort sera requis. L’avantage, désormais, c’est qu’ils peuvent venir suivre un module de trois jours et, si cela leur plaît, ils signent pour six mois de CAS.» Cette modularité permet aussi d’échelonner les coûts du MBA, une formation qui reste onéreuse pour beaucoup.

Lire aussi: Le développement personnel entre au programme des MBA

L’Université de Genève n’est pas la seule à flexibiliser son offre de formation. Les MBA à temps partiel fleurissent aux Etats-Unis et en Europe. Ils permettent aux salariés en emploi de préparer un MBA en deux ou trois ans, via des cours le soir et le week-end. Un programme proposé entre autres par la Business School Lausanne.

Cette formule est séduisante pour des personnes qui souhaiteraient progresser au sein de leur entreprise, sans forcément réorienter leur carrière. Le désavantage est sans doute que ce type de programme est moins ouvert à l’international, dans la mesure où les étudiants vivent sur place. Les possibilités de se construire un nouveau réseau, l’un des grands atouts du MBA à temps plein, sont aussi moins grandes.

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)