Technologie

Un médecin genevois honoré par Apple

Le logiciel d’imagerie médicale OsiriX, développé par la société du radiologue Antoine Rosset, a été mis en avant lors de la présentation du dernier iMac Pro

C’est à un coup de publicité mondial qu’a eu droit un logiciel d’imagerie médicale développé par un radiologue genevois. La semaine passée, Apple a dévoilé son iMac Pro, présenté comme son ordinateur le plus puissant. Et lors de cette démonstration, la multinationale a mis en avant le logiciel OsiriX, développé par le radiologue genevois Antoine Rosset. Une belle vitrine pour un programme affichant des images en trois dimensions déjà utilisé par 400 000 médecins.

L’iMac Pro est la machine la plus chère vendue par Apple: son prix se situe entre 5799 et 15 000 francs, selon la configuration choisie. Puissant, cet ordinateur s’adresse surtout aux professionnels, tels que les médecins. C’est pour cela qu’Apple a montré, la semaine passée, des images d’OsiriX lors de la présentation de sa machine. «Il y a quelque temps, Apple nous a contactés pour que nous leur envoyions une procédure de test pour évaluer une de leurs machines. Nous nous doutions alors que la société voulait nous associer au lancement d’un nouvel ordinateur», raconte Antoine Rosset. L’homme a deux casquettes: il est radiologue à l’Hôpital de la Tour, à Meyrin (GE). Et il dirige la société genevoise Pixmeo, éditrice du logiciel OsiriX. Antoine Rosset a fondé Pixmeo en 2003 lors d’un séjour aux Etats-Unis. Cette société compte deux employés.

Cinq fois plus rapide

Pour Antoine Rosset, avoir été associé à la présentation de l’iMac Pro est «surtout une reconnaissance par rapport à la qualité de notre logiciel. Cela crée un buzz intéressant, je reçois beaucoup d’e-mails. Mais cela ne va sans doute pas bouleverser les ventes d’OsiriX, car ce logiciel est déjà très connu dans le monde médical.» OsiriX est gourmand en ressources informatiques. «D’habitude, les nouveaux ordinateurs sont 30% plus puissants que les précédents. Là, l’iMac Pro affiche une rapidité cinq fois supérieure, ce qui est hors norme. Les utilisateurs de notre logiciel observeront une amélioration sensible des performances», poursuit le radiologue. A noter qu’OsiriX avait déjà été mentionné par Apple il y a quatre ans, lors du lancement d’une nouvelle carte vidéo.

Lire aussi: Le logiciel d’imagerie médicale Osirix entre dans la cinquième dimension

Aujourd’hui, OsiriX est installé sur 400 000 ordinateurs et compte 30 000 utilisateurs quotidiens. «Plus de la moitié de nos clients sont aux Etats-Unis, suivent ensuite le Japon et l’Europe», précise le médecin. Le logiciel est utilisé par des radiologues, mais aussi des chirurgiens. «Notre programme offre un rendu en temps réel lors d’examens lourds effectués par des scanners puissants. Cela permet un planning préopératoire précis pour la chirurgie cardiaque, par exemple. Avec l’iMac Pro, les spécialistes pourront utiliser la résolution maximale pour des images encore plus précises», explique Antoine Rosset.

Pas de version Windows

OsiriX coûte environ 1350 francs pour une licence valable deux ans. Mais à la base, le logiciel était gratuit. «Le monde médical est très réglementé et nous avons dû obtenir des certifications pour être utilisés par des médecins, avec notamment des séries d’audits annuels, explique Antoine Rosset. Cela coûte cher et ces tests ne sont effectués que pour des logiciels commerciaux.» Et pourquoi n’avoir développé qu’une version pour Mac? «Les médecins adorent les Macs, sourit la radiologue. Et n’être présent que sur cette plateforme est un peu notre marque de fabrique. Nous n’allons ainsi jamais créer de version pour Windows, mais nous proposerons certainement, à moyen terme, une version web via le cloud.»

Publicité