La direction de Credit Suisse a publié un mémo interne pour tenter de rassurer ses employés, après une semaine turbulente marquée par diverses spéculations sur l’avenir de la banque aux deux voiles et une chute de l’action à un plus bas historique proche de 4 francs. Le directeur général Ulrich Körner et le président du conseil d’administration Axel Lehmann ont signé ce mémo qui confirme l’agenda de l’examen approfondi de la stratégie du groupe.

Lire aussi: SoftBank et Credit Suisse, quand une idylle financière tourne mal

«Les spéculations dont les médias se sont fait écho ont naturellement suscité des questions de la part de clients et de collègues, qui souhaitent connaître l’orientation future de la banque, a admis la direction de la banque dans ce mémo dont AWP a obtenu copie. Nous sommes conscients que cette période de grande incertitude pour l’ensemble de l’entreprise constitue une charge supplémentaire pour les collaborateurs.»

Informations fin octobre

La banque s’est fixé un agenda ambitieux et a clairement fait savoir que toutes les options seront examinées à fond et avec soin. Credit Suisse avait annoncé ce réexamen stratégique en juillet dernier et indiqué qu’elle en informerait des résultats le 27 octobre, lors de la présentation des résultats du 3e trimestre. Avant cela, il serait prématuré de parler des résultats de cet examen, a répété à plusieurs reprises la banque ces derniers temps.

Selon le mémo, la priorité reste d’offrir des services de première qualité à la clientèle et, à cet effet, de rétablir la réputation et les capacités financières de la banque.

Durant la semaine écoulée, de nombreux articles de presse ont suscité une grande incertitude sur le marché. On a notamment spéculé sur un démembrement de la banque d’investissement, le rétablissement du nom First Boston pour la banque d’investissement ou encore une sortie de la banque d’investissement aux Etats-Unis. Cette dernière hypothèse a été démentie par la banque.

Lire à ce sujet: Credit Suisse envisage un démantèlement massif de sa banque d’investissement aux Etats-Unis

Dépréciation de l’action

Les spéculations sur une possible augmentation de capital de plusieurs milliards ont encore accentué la pression. Jeudi après-midi, l’agence Reuters avait en effet indiqué que le numéro deux bancaire helvétique, que les difficultés récurrentes ont amené à entreprendre une vaste réorganisation, était en discussions depuis plusieurs semaines avec de gros investisseurs en vue d’une augmentation de capital à hauteur de plusieurs milliards, selon des sources proches du dossier.

Lire encore: Credit Suisse inscrit de nouveaux plus bas historiques à la bourse

Cela a fortement pesé sur la nominative Credit Suisse qui a ainsi achevé la séance de vendredi sur un repli de 12,4% à 4,07 francs, non sans avoir atteint un nouveau plus bas historique de 4,04 francs dans la journée. La veille, elle s’était déjà fixée à un nouveau record de faiblesse en clôturant à 4,37 francs. La morosité du SMI (-1,55%) n'a offert aucune planche de salut au titre du numéro deux bancaire helvétique.

Depuis le début de l’année, l’action de l’établissement s’est ainsi dépréciée de près de moitié. A titre de comparaison, le titre du principal rival UBS - en repli de 4,4% à 14,57 francs vendredi - a perdu sur la même période moins de 10% de sa valeur.