Aller au contenu principal
Encore 1/5 articles gratuits à lire
L’entrepreneur belge Marc Coucke

Médecine

Un milliardaire belge entre au capital de Sophia Genetics 

La société vaudoise a obtenu un financement de 15 millions de dollars, menée par l’entrepreneur Marc Coucke

Spécialisée dans la médecine personnalisée, la société vaudoise Sophia Genetics annonce ce mercredi une levée de 15 millions de dollars. L’opération a été menée par Alychlo, le fonds d’investissement de Marc Coucke, un entrepreneur belge, fondateur du groupe Omega Pharma. Jurgi Camblong, directeur de l’entreprise basée à Saint-Sulpice (VD), y voit la reconnaissance «d’un des plus prestigieux entrepreneurs européens».

Le pharmacien Marc Coucke a construit son empire en achetant du shampoing en gros pour le revendre, coloré et parfumé, en plus petits conditionnements aux pharmaciens. C’est ainsi qu’est née Omega Pharma. Spécialisé dans la vente de produits sans ordonnance en pharmacie au prix des supermarchés, le groupe n’a cessé de croître, entre autres via des dizaines d’acquisitions. Marc Coucke a cédé sa société en 2015 au groupe américain Perrigo pour 3,6 milliards d’euros.

Impliqué dans le sponsoring sportif, Marc Coucke participe au financement à partir de 2003 de l’équipe cycliste Quick Step. Il investit également dans le football, devenant actionnaire majoritaire du KV Ostende. Depuis la revente d’Omega Pharma, le très médiatique et excentrique homme d’affaires flamand a décidé de réinvestir une partie de sa fortune dans le domaine de l’oncologie. Il a ainsi placé 75 millions dans quatre sociétés et une fondation, toutes actives dans la prévention, le diagnostic et le traitement de cancers. Sophia Genetics fait partie des sociétés sélectionnées.

«Cet investissement confirme le fait que nous développons un modèle d’affaires unique. La rencontre avec Marc Coucke s’est faite en juin dernier, via la société belge Merodis, spécialisée dans les opérations de fusions et acquisitions», note Jurgi Camblong qui a également pu compter, lors de cette levée de fonds, sur les investisseurs existants, à savoir Invoke Capital, Endeavour Vision et Swisscom. Depuis sa création en 2011, la société romande a déjà levé 33 millions de dollars. Selon Marc Coucke: «Sophia Genetics se démarque dans le développement de tests génomiques, particulièrement dans la lutte contre le cancer, en offrant un diagnostic rapide, extrêmement précis à grande échelle et à coûts réduits.»

Sophia Genetics a développé un savoir-faire dans l’analyse détaillée des génomes humains. Grâce à ses algorithmes qui traitent des données ADN de manière standardisée, l’entreprise peut détecter des mutations génétiques pour plusieurs maladies et certains cancers. «Nous déjà avons déjà effectué 25 000 analyses de patients. Nous envisageons d’en réaliser 80 000 en 2016», prévoit Jurgi Camblong qui s’attend à une croissance du chiffre d’affaires de 400% l'an prochain. La société, qui compte 60 collaborateurs, travaille avec 110 hôpitaux dans une vingtaine de pays. «Tout laisse présager qu’une collaboration aura prochainement lieu avec le CHUV à Lausanne», se réjouit Jurgi Camblong qui a déjà convaincu plusieurs hôpitaux européens ainsi que les Hôpitaux universitaires de Genève, Berne et Zurich.

«La levée de 15 millions de dollars nous permettra de renforcer notre plate-forme analytique et soutiendra notre effort de croissance», précise Jurgi Camblong, qui pense compter une centaine d’employés d’ici douze mois. L’entrepreneur qui n'est plus actionnaire majoritaire de Sophia Genetics, ne dévoile pas le répartition du capital. L’entreprise pourra-t-elle rester en Suisse sachant que l’un de ses principaux actionnaires multiplie les injections de fonds en Flandre et en Wallonie? Parviendra-t-elle à recruter sur sol helvétique les talents nécessaires à sa croissance? «Nous allons rester en Suisse mais le pays doit réfléchir à mieux soutenir les sociétés à succès. Trois choses peuvent retenir une start-up: du capital disponible, une main-d’œuvre qualifiée et abordable et un réseau de partenaires solides.»

Publicité
Publicité

La dernière vidéo economie

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

Candidate au prix SUD de la start-up durable organisé par «Le Temps», la société Oculight est une spin-off de l’EPFL qui propose des aides à la décision dans l’architecture et la construction, aménagement des façades, ouvertures en toitures, choix du mobilier, aménagement des pièces, pour une utilisation intelligente de la lumière naturelle. Interview de sa cofondatrice Marilyne Andersen

«Nous tirons parti de la lumière pour améliorer le bien-être des gens»

n/a
© Gabioud Simon (gam)