Innovation

Un nouveau programme pour aider les start-up

Le groupe zurichois Swiss Startup Factory ouvre une antenne à Lausanne, sur le site de l’EPFL

La société zurichoise Swiss Startup Factory (SSUF) a annoncé, en milieu de semaine, l’ouverture d’une antenne à Lausanne, sur le site de l’EPFL. Avec ses partenaires Max Meister et Oliver Walzer, l’entrepreneur Mike Baur a donné naissance en 2014 à ce programme de soutien aux start-up. Depuis 2016, 80 jeunes sociétés en ont déjà bénéficié.

Il existe plusieurs aides en Suisse destinées aux jeunes entreprises (Venture Lab, la CTI Start-up, Venture Kick, des Innogrant, Masschallenge, etc.). Toutefois, Mike Baur considère SSUF comme différent. «Swiss Startup Factory a été créé grâce à des fonds privés. Nous n’utilisons pas un seul franc de l’Etat. En investissant notre propre argent dans les start-up, l’approche de travail est totalement différente», précise-t-il.

Soutien financier

Le programme d’accélération SSUF se considère comme étant totalement personnalisé. «En fonction du stade de développement de l’entreprise, nous regardons ce que nous pouvons apporter. Il peut s’agir d’un soutien financier, d’un renfort au niveau du conseil d’administration ou d’un accès facilité à nos partenaires», note Mike Baur, qui travaille entre autres avec des groupes comme Red Bull, Richemont, AMAG ou Helvetia. Au sein du conseil consultatif, on retrouve des personnalités comme Patrick Aebischer, ancien président de l’EPFL, Jean-Claude Biver, président non exécutif de la division montres de LVMH, ou l’entrepreneur Beat Curti.

SSUF prend des participations dans les start-up qu’elle soutient et peut y investir jusqu’à 5 millions de francs. Ces jeunes sociétés bénéficient gratuitement de locaux durant dix à seize semaines ainsi que d’un programme intensif. «Nous travaillons aussi bien sur l’adéquation des produits au marché que sur la définition d’un marché cible. Nous aidons également les entreprises à se préparer à la collecte de fonds et, bien sûr, aux réunions d’investisseurs», ajoute Mike Baur.

Parmi les sociétés récemment soutenues par SSUF, on trouve l’entreprise 1Drop, qui vient d’obtenir 4,25 millions de dollars. Originaire de Neuchâtel, cette entreprise a développé une plateforme portable de tests de diagnostic médical à partir d’une seule goutte de sang.

Publicité