Implantation

Un nouvel oligarque russe s’immisce dans le négoce à Genève

Igor Makarov, fondateur d’Itera, jadis le plus important groupe pétrolier et gazier de Russie, vient de s’installer à Genève, via une nouvelle entreprise baptisée Areti

Igor Makarov, 41e fortune de Russie selon le magazine Forbes (2016), a jeté son dévolu sur la Suisse. L’homme d’affaires, dont le patrimoine dépasse les deux milliards de francs, a inauguré le 13 décembre sa toute dernière entreprise à Genève, active notamment dans le négoce de pétrole et de gaz, ainsi que dans l’exploitation minière en mer Caspienne (Turkménistan) et la construction de pipelines en Asie Centrale. Baptisée Areti International Group, cette nouvelle société vient enrichir le jeune portefeuille helvétique du milliardaire qui avait déjà créé l’été passé au bout du lac Areti Trading, ainsi que plusieurs autres entités basées à Hünenberg, dans le canton de Zoug.

Lire aussi: Le négoce atteint 4% du PIB suisse, mais arrive à saturation

La Suisse est à présent le siège des activités commerciales et financières de l’oligarque russe, dont l’empire comprend plusieurs bureaux, succursales et autres sociétés affiliées ailleurs en Europe, en Russie, au Turkménistan, dans les pays baltes et dans l’ensemble de la Communauté des Etats indépendants (CEI). Contactés ce lundi, les dirigeants d’Areti à Genève n’ont pas encore répondu à nos questions.

Des parts monopolistiques

Igor Marakov s’est lancé dans les affaires en 1992. Date à laquelle cet ex-enseignant à l’Université moscovite de Kazan, ancien sportif d’élite (équipe soviétique de cyclisme, président de la fédération russe de cyclisme et membre du comité directeur de l’Union cycliste internationale), fonde Itera. Cette société deviendra en peu de temps le principal exportateur de gaz du Turkménistan. Mais surtout la première entreprise gazière privée de Russie.

L’entité sera amenée à racheter des avoirs de Gazprom, pour une bouchée de pain. Une série de transactions qui permettront à Itera de se hisser au rang des plus importants propriétaires de gisements de gaz de la région. Mais à son arrivée au pouvoir en 2001, Vladimir Poutine change la direction de Gazprom. Itera se voit imposer la restitution de ses acquis et se retrouve au bord de la faillite.

L’anagramme des origines

Igor Marakov parvient toutefois à redresser la société. En 2012, cette dernière signe une coentreprise avec Rosneft. Un an plus tard, la société pétrolière appartenant à l’État russe avale Itera pour environ 3 milliards de francs.

«De 1998 à 2013, Itera a été la plus grande entreprise privée de pétrole et de gaz en Russie, participant également à l’extraction d’hydrocarbures. Areti [ndlr: Itera, à l’envers] symbolise aujourd’hui la transition de la société vers un nouveau stade de développement», conclut le groupe sur son nouveau site internet.

Publicité