Moins de nouvelles cotations suisses en début d’année

En incluant Cassiopea, une société spécialisée dans la dermatologie issue de la biotech italienne Cosmo, cotée depuis le 1er juillet, seules trois entreprises ont réalisé une entrée en bourse (IPO) en Suisse cette année. Après Sunrise en février, la société immobilière Plazza, issue du groupe industriel Conzzeta, est entrée en bourse en Suisse entre avril et juin. «En Suisse, le deuxième trimestre est généralement propice aux IPO. En 2014, cinq des six introductions en bourse avaient été effectuées pendant cette période», a relevé le cabinet de conseil Ernst & Young dans une étude publiée fin juin.

Pour la suite, quelques noms d’entreprises circulent. A commencer par la société genevoise Wisekey, spécialiste des techniques de sécurité, basée à Genève. Le 24 juin, ses actionnaires ont approuvé le projet d’entrer en bourse en Suisse au troisième trimestre. Dans les sciences de la vie, AC Immune, basée au parc d’innovation de l’EPFL, a aussi souvent été citée comme une candidate potentielle à l’IPO mais sans qu’une annonce concrète ne s’ensuive. Christophe Bourgoin, partenaire chez PwC, relève que la plupart des sociétés candidates sont actives dans le secteur des biotechnologies, les techniques médicales ou dans des produits innovants, que ce soit dans les biens de consommation ou les produits industriels.

Plusieurs options

Quel est l’effet des turbulences récentes sur les marchés pour les sociétés candidates? «En ce qui concerne les candidats à l’IPO, l’environnement de marché ne constitue qu’un seul aspect. C’est le cas en particulier dans le secteur biotech, où les reports peuvent aussi être dus à d’autres facteurs, comme les résultats de tests cliniques, etc.», observe-t-il. Enfin, il faut tenir compte du fait que des entreprises gardent plusieurs options, non seulement une entrée en bourse mais aussi une vente, poursuit-il.