Architecture

Un prix d’architecture pour mieux habiter demain

Grâce à la donation de l’architecte Daniel Grataloup, le Prix de Genève pour l’expérimentation architecturale vient d’être décerné pour la première fois

Vous avez aimé passer l’été dans la touffeur des villes transformées en chaudrons? Entre le réchauffement climatique, la saturation du trafic et les nouvelles manières d’habiter, nos architectures appartiennent à cette époque révolue où les canicules tombaient comme la neige au mois d’août et où l’écologie était une marotte d’intello morose. Alors oui, bien sûr, on sait déjà construire autrement. Ce qui n’empêche pas d’interroger l’avenir pour envisager de nouvelles solutions. Reste à trouver comment.

Il y a trois ans, Daniel Grataloup, 81 ans, décidait de léguer toutes ses archives – dont une partie avait déjà été acquise en 2012 par le prestigieux MoMA de New York – à Genève, où il vit. «On s’est beaucoup vus à cette occasion. Le projet d’un prix consacré à l’architecture expérimentale a gentiment germé entre nous», explique Francesco Della Casa, architecte cantonal. «Depuis cinquante ans je fais le même rêve. Et dans ce rêve je découvre de nouveaux talents et de nouvelles recherches, raconte Daniel Grataloup, pour qui l’internationalisation générale de l’architecture ne peut mener qu’à son appauvrissement. J’avais donc envie de créer un prix qui récompenserait tous ceux qui se battent pour trouver des réponses innovantes à l’architecture d’aujourd’hui afin de préparer celle de demain.»