Echanges

Un revenu de base à petite échelle 

Solange Thiémard et Florian Candelieri testent un revenu de base inconditionnel à La Chaux-de-Fonds, à travers la communauté du SEL. Ces deux militants n’ont pas peur des propositions iconoclastes

Pendant cette année des 20 ans, «Le Temps» met l’accent sur sept causes emblématiques. La cinquième porte sur «l’économie inclusive». Celle-ci vise à mieux tenir des enjeux écologiques, éthiques et égalitaires.

Nous cherchons des idées, des modèles et des personnalités qui, chacun à leur manière, développent une économie et une finance plus intelligentes, qui contribuent à mieux répartir ce qu'elles génèrent entre toutes les parties concernées.

Ils n’en sont plus à leur premier coup. En 2017, Solange Thiémard et Florian Candelieri se présentent aux élections neuchâteloises. Leur affiche de campagne était pour le moins inattendue. Les deux candidats des Verts apparaissaient en tenant chacun une pancarte: «Je ne veux pas être élu-e».

Leur souhait a été entendu puisque aucun des deux Chaux-de-Fonniers ne siège au législatif cantonal. Qu’importe: l’idée, pour les deux camarades, était surtout d’attirer l’attention sur les élections par tirage au sort, un concept qui a pour but de responsabiliser les citoyens et de combler l’écart avec les politiques.

Lire aussi: «Le revenu de base réveillera l’intérêt des citoyens pour la politique»

Désormais, les Neuchâtelois sont passés à un autre projet. Pas moins iconoclaste que le précédent. Rencontrés dans la salle à manger des parents de Solange Thiémard, ils racontent leur dernière ambition expérimentale: mettre en application un concept qui leur tient particulièrement à cœur, un revenu universel de base (RBI) en miniature.

«Petit test»

Ils sont depuis cette année coprésidents du SEL de La Chaux-de-Fonds, un système d’échange local – il existe une trentaine de structures analogues en Suisse romande qui ont pour but de créer des réseaux d’échange et d’entraide dans des villes ou des régions. Ils ont proposé en avril dernier de créer le SEL d’Abondance, une sorte de RBI pour les membres de l’association. L’idée? Libérer les membres de la peur du manque et stimuler les échanges. «Il arrive qu’ils se retiennent de demander des services parce qu’ils n’ont plus de picaillons, la monnaie du SEL, qu’ils peuvent obtenir en rendant des services à leur tour. C’est dommage», explique Solange Thiémard.

Est-ce que la monnaie est vraiment le seul vecteur, la seule façon de valoriser le travail? Un «merci» sincère peut en réalité être plus gratifiant.

Ce n’est qu’un petit test, mais «oui, cela peut aider à faire comprendre l’intérêt du RBI en général, estime Florian Candelieri. En Suisse, on a besoin de beaucoup expliquer avant de se lancer dans un changement radical. On s’est dit que faire des petites expériences représentait le meilleur moyen d’y arriver.»

Ce revenu minimum stimulera-t-il les échanges? Peut-être, mais il sera difficile de le savoir, car ils ne sont pas toujours enregistrés ou facturés, poursuit Solange Thiémard. Et in fine, ce n’est pas vraiment l’essentiel: «Est-ce que la monnaie est vraiment le seul vecteur, la seule façon de valoriser le travail? Un «merci» sincère peut en réalité être plus gratifiant.»

Lire également: Björn Wahlroos, patron et croisé du revenu universel

La confiance, pas la contrainte

Tous deux s’étaient déjà engagés dans la campagne pour le RBI, qu’ils considèrent comme la base pour créer une nouvelle société et permet d’aller à la racine de son fonctionnement et de notre rapport aux gens. «Ici, les échanges se font sur la base de la confiance, pas de la contrainte», explique Florian Candelieri. «On s’est mis d’accord sur un montant de 50 picaillons par mois, soit deux heures de services, mis à disposition par l’association. La décision a été votée à l’unanimité de l’assemblée générale, mais il a fallu organiser des séances de discussion», poursuit la jeune Suisso-Belge. Car, même à cette échelle, on peut se heurter à des sceptiques. «Certains voulaient que seuls les membres les plus actifs reçoivent le SEL d’Abondance», raconte Solange Thiémard. Pire, ajoute la mère de Solange, qui se penche par-dessus le bar qui sépare la cuisine de la salle à manger: «Il y a toujours des gens pour penser que d’autres vont profiter.»

Et finalement: Seuls 16% des économistes américains «rejettent fortement» le RBI

Les deux complices ont pris des chemins très différents pour se retrouver au même endroit. Solange Thiémard, c’est sa mère qu’il l’a initiée: «Quand nous sommes arrivées à La Chaux-de-Fonds, il y a quatre ans, elle s’est tout de suite intéressée au SEL qui représentait une manière de rencontrer des gens. Moi, je faisais du bénévolat, mais l’idée d’échanges m’a séduite», explique celle qui venait de Belgique. Quant à Florian Candelieri, la démarche était un peu différente: «Je pense que notre système est rempli d’injustices et nous mène à la catastrophe. Je suis en perpétuelle recherche de projets alternatifs et je fais partie de beaucoup d’associations. Il était naturel que je rejoigne celle-là aussi.»

Bénévolat et partage

Solange Thiémard, 22 ans, a fini l’an dernier son apprentissage dans l’horlogerie au Locle avec la maturité intégrée et a décidé ensuite de prendre une année sabbatique, au cours de laquelle elle s’est engagée dans plusieurs activités de bénévolat, des cours de soutien scolaire et elle s’occupe d’un jardin. En plus de cela, elle organise des visites au Musée d’histoire de La Chaux-de-Fonds. Si elle compte bien travailler dans l’horlogerie, «ce ne sera pas à 100%», affirme-t-elle. «Ce rythme ne me convient pas.» D’autant qu’elle a des projets avec son père, qui a son atelier d’horlogerie et qu’elle veut rester en contact avec le milieu des ONG, qu’il s’agisse d’écologie, de véganisme ou de social. «Le métier, en soi, me plaît. Mais j’ai aussi des doutes, quand je pense à travailler dans une entreprise de luxe, où beaucoup de ce qui est produit peut être jeté.»

Florian Candelieri, lui, a 36 ans. Il a étudié l’archéologie à Neuchâtel, puis s’est retrouvé à faire plusieurs jobs n’ayant pas toujours à voir avec sa formation. Notamment une plateforme de location entre particuliers, puis sa propre entreprise. Mais, il y a cinq ans, il se rend compte que cette vie ne lui correspond pas. Il arrête tout et part voyager. Quand il revient, il se heurte à l’incompréhension de sa famille, mais il refuse de reprendre sa vie d’avant et tient bon. Entre bénévolat pour les enfants de requérants d’asile, projets véganes, récup des invendus des grands magasins ou repair-café, il se tourne complètement vers une société de partage. Il dit avoir «très peu de besoins», se nourrit des invendus, s’habille de deuxième main, n’a pas de loyer et ses charges se limitent pratiquement à son assurance maladie. «Nous vivons tellement dans une société du gaspillage, j’ai décidé de ne plus rien acheter.» Il voyage quand même toujours, cet été pour aller planter des arbres en Zambie.


Dates clés

Solange Thiémard

1996 Naissance à Libramont (Belgique).

2018 Coprésidente du SEL de La Chaux-de-Fonds.

2017 Termine son apprentissage d’horlogère.

Florian Candelieri

1982 Naissance à La Chaux-de-Fonds.

2009 Licence en archéologie à l’Université de Neuchâtel.

2011 Cocrée E-Syrent.ch, une plateforme internet de location entre particuliers.

2013 Arrête de travailler pour voyager, puis se lance dans le bénévolat.

2016 Coprésident du SEL de La Chaux-de-Fonds.

Publicité