Privé de salon physique à Genève, Watches & Wonders s’envole pour la Chine. La Fondation de la haute horlogerie (FHH) annonce jeudi que, dans la continuité de son rendez-vous numérique genevois prévu du 7 au 13 avril, qui réunira en ligne près de 40 marques, se tiendra la deuxième édition de Watches & Wonders Shanghai, en avril également. La première avait eu lieu en septembre 2020.

Lire aussi: Watches & Wonders renonce à son salon genevois

Quatorze marques participeront à l’événement. Il s’agit de manufactures du groupe Richemont (Cartier, IWC ou encore Vacheron Constantin), qui détient des parts dans la FHH, ainsi que de nouveaux arrivants. Parmi eux: Rolex, Tudor, Chopard – partis de Baselworld l’an dernier – et Ulysse Nardin.

Pour la marque à la couronne, ce salon représente une occasion de gagner du terrain en Chine continentale, relève Olivier Muller, expert horloger chez LuxeConsult et blogueur pour Le Temps: «Sur ce marché, Rolex se place derrière Omega et Longines (Swatch Group) et dispose encore d’un potentiel de croissance.»

2022 en ligne de mire

La Fondation de la haute horlogerie précise par ailleurs qu’en fonction de l’évolution de la situation sanitaire, d’autres événements Watches & Wonders pourraient être mis sur pied pour permettre un contact direct avec les nouveautés 2021.

Lire également: L’annus horribilis horlogère confirmée

Elle annonce également ses ambitions pour 2022 en déclarant que la prochaine édition de Watches & Wonders Geneva sera «le plus grand salon horloger jamais organisé à Genève». Reste à savoir si son accès sera réservé à quelques dizaines de marques triées sur le volet, comme c’était le cas du temps du SIHH, où s’il sera ouvert à l’ensemble de la branche.