Stratégie

Un tiers des banques pourraient disparaître

Une récession serait fatale à 35% des établissements bancaires dans le monde, selon une étude de McKinsey. Le consultant recommande des mesures drastiques, parfois inspirées du virage opéré par l’industrie automobile dans les années 1990

Plus d’un tiers des banques dans le monde ne survivraient pas à une récession ou à un fort ralentissement économique. Et six établissements sur dix détruisent de la valeur, au lieu d’en créer. Sur la base de ces constatations, le consultant McKinsey estime qu’il est temps pour les banques de prendre des mesures drastiques. En s’inspirant notamment de la transformation vécue par les constructeurs automobiles allemands dans les années 1990.

Environ 35% des banques dans le monde n’ont pas une taille critique, évoluent dans des marchés difficiles et avec des modèles d’affaires inadaptés. Pour faire face à un éventuel ralentissement économique marqué, ces établissements n’auront d’autres choix que de fusionner ou de vendre à un concurrent plus fort et complémentaire, affirme McKinsey dans la 12e édition de sa Global Banking Annual Review, publiée cette semaine. Les acheteurs pourraient se trouver parmi les 20% des banques les plus performantes, qui capturent à elles seules pratiquement 100% de la valeur ajoutée générée par l’industrie bancaire au niveau mondial.