Les entreprises suisses décident d'investir dans l'engagement de personnel spécialisé et de cadres moyens et inférieurs, selon la 55e enquête de Management Recruiters International (MRI), l'une des plus grandes organisations de recherche et de recrutement du monde.

31,4% des 199 entreprises suisses interrogées ont l'intention d'engager davantage de personnel spécialisé et de cadres, au premier semestre 2005. 9% vont les diminuer et 59,6% les maintenir.

Après une longue période de restructuration et de très grande prudence, les chefs d'entreprise investissent dans l'expansion de leurs affaires. Leur intention est clairement de renforcer l'encadrement moyen et supérieur, ce qui devrait insuffler davantage de croissance dans l'économie suisse.

Les engagements seront surtout le fait des grands groupes. Plus des trois quarts des entreprises de plus de 1000 employés ont l'intention de procéder à des plans de recrutement dans ce créneau du marché de l'emploi.

Pour les PME de plus de 100 employés, l'expansion semble aussi se mettre en place. Mais la situation ne peut pas être généralisée. Pour les petites entreprises, la conjoncture semble encore trop hésitante. «Notre étude démontre un réel optimisme sur l'état de l'économie suisse», selon Allen Salikof, président de la direction générale de MRI. Le secteur pharmaceutique sera le premier à bénéficier de cette reprise, avec 49% d'augmentation des effectifs, devant les télécommunications.

La tendance à l'engagement de personnel est internationale, selon l'enquête de MRI, même si le sondage ne porte que sur six pays. La Suisse présente le cinquième plus fort accroissement, derrière le Japon (36,2%). Les trois plus fortes croissances d'effectifs devraient venir d'Espagne (63,4%), des Etats-Unis (58,2%) et d'Allemagne (55%).

MRI, qui est une filiale de CDI Corp., compte sept bureaux en Suisse et près d'un millier au total pour un chiffre d'affaires total de 400 millions de dollars.