On les imagine uniquement dans les Caraïbes ou les îles anglo-normandes, mais les structures offshores, qui figurent au centre des révélations des Pandora Papers, se trouvent aussi dans nos rues et nos immeubles. C’est ce que montre une enquête de l’ONG Public Eye, qui a cartographié la discrète industrie de la société écran à Genève, Fribourg, Zoug et au Tessin. Le canton du bout du lac abriterait ainsi 13 638 entités sans substance, soit environ un tiers des sociétés inscrites au registre du commerce. Dans les quatre cantons passés en revue, elles seraient plus de 33 000, selon l’organisation.