Il n'aura tenu que six semaines aux commandes de SAirlines, la filiale aviation de SAirGroup. Moritz Suter, l'ex-patron de Crossair n'avait pas son pareil pour présenter les comptes de sa société à la presse. A chaque fois, il trouvait une astuce vestimentaire – chapeau de cow-boy ou bouée autour du cou – pour amuser la galerie.

Mercredi, il est sorti de scène à coups de communiqués. Cet ancien pilote de DC-9 chez Swissair a de nombreuses heures de vol derrière lui. Il a décidé de fonder Crossair en 1975, qu'il a fait passer du statut de petite société à celui de grande entreprise occupant 3600 personnes. Son style de management patriarcal a touché ses limites lors du long conflit qui l'a opposé à ses pilotes pendant près d'un an, même si un accord a finalement été conclu.

Il y a dix ans, les dirigeants de Swissair de l'époque lui avaient déjà demandé de prendre les commandes de la compagnie nationale. Il avait alors refusé, préférant développer sa propre entreprise. Le 23 janvier dernier, il a accepté de prendre cette responsabilité, succédant à Philippe Bruggisser, licencié. Moritz Suter reste président du conseil d'administration de Crossair. Il continuera à surveiller son «bébé» avec le président de la direction de la compagnie, son successeur André Dosé.