Horlogerie

Une Alp Watch pour riposter à l'Apple Watch

La petite marque schaffhousoise H. Moser & Cie lance un modèle répliquant la montre connectée du géant californien. «Le côté provocateur est assumé», explique le patron Edouard Meylan

La musique d’ambiance et la voix sont entraînantes. Les zooms se succèdent. Le fond est blanc. Tout rappelle les vidéos de présentation dont Apple s’est fait une spécialité. Dans la publicité postée jeudi sur YouTube par la petite marque horlogère schaffhousoise H. Moser & Cie, la montre a exactement la même forme et la même taille (38mm) qu’une Apple Watch. La comparaison s’arrête là: la «Swiss Alp Watch» est intégralement mécanique, en or blanc et coûte 24 900 francs.

Résolument ironique, la vidéo met l’accent sur cette montre qui peut «reconnecter les gens» et même «changer le monde». Elle ne nécessite «aucune mise à jour» et sa batterie «peut être rechargée à la main». Le modèle, en or blanc et au cadran fumé, est une édition limitée de 50 pièces. Il est «le symbole du combat» mené par les horlogers suisses contre les «monstres» et les «géants de l’électronique», selon le communiqué.

Message aux concurrents

Edouard Meylan n’en est pas à sa première provocation. En janvier 2015, quelques heures après l’abandon du taux plancher, le patron de H. Moser & Cie envoyait une lettre ouverte à Thomas Jordan en notant qu’il pourrait facilement déménager de l’autre côté de la frontière. «Ce n’est pas tout à fait pareil, corrige l’intéressé. Avec cette montre, notre but est délibérément de faire le buzz, le côté provocateur est assumé. Dans le cas de la lettre, l’effet boule de neige était plutôt inattendu…»

Lire aussi: Edouard Meylan: «Je suis convaincu que vous avez un plan, Thomas Jordan»

En créant cette Swiss Alp Watch, H. Moser & Cie s’adresse également à certains concurrents. «Je trouve dégradant d’insérer des puces derrière de belles pièces mécaniques. Ce n’est pas le bon message à envoyer aux clients qui souhaitent acheter des produits qui se veulent intemporels», ajoute-t-il.

Le patron, qui avait déjà vendu plus de la moitié des pièces mercredi soir, n’a pas eu de contacts avec le géant californien. Mais «n’a aucuns soucis» quant aux questions de propriété intellectuelle. «En comparant les deux montres attentivement, cela ne prête absolument pas à confusion», relève-t-il. Contacté jeudi, Apple disait n’avoir pour l’heure pas de commentaires à faire sur cette annonce.

Publicité