Alors qu'UBS a absorbé Credit Suisse, une situation semblable se profile aux Etats-Unis. Les autorités américaines sont parvenues à un accord pour faire racheter une partie des actifs de Signature Bank par une autre institution, d'après un communiqué du régulateur bancaire, la FDIC.

A lire: Pourquoi les banques font face à une crise de confiance majeure

La FDIC a annoncé dimanche que Flagstar Bank, une filiale de New York Community Bancorp, va acquérir des dépôts et des prêts de la new-yorkaise Signature Bank, 21e banque du pays, fermée d'office dimanche dernier. Flagstar va reprendre toutes les 40 agences de Signature et l'essentiel des 88,6 milliards de dollars de dépôts.

Mais environ 60 milliards de dollars de prêts et 4 milliards de dollars déposés en ligne vont rester sous le contrôle des autorités, d'après un communiqué.

A la recherche d'une solution pour Silicon Valley Bank

Le week-end dernier, la Fed, le Trésor américain et la FDIC étaient intervenus pour empêcher qu'une vague de retraits massive chez SVB ne se propage à d'autres petites et moyennes banques. Pour rassurer le marché, ils avaient garanti que les clients pourraient retirer la totalité des dépôts de SVB et de Signature Bank.

Lire aussi: Signature, la banque des cols-bleus, victime indirecte des cryptos

Mais les régulateurs n'ont pour l'instant pas réussi à trouver un repreneur pour SVB, et envisagent désormais de démanteler cette institution du secteur des technologies, selon un article de Bloomberg.

La FDIC cherche maintenant à vendre la banque «en deux parties au moins», selon des sources de l'agence de presse. Contacté par l'AFP, le régulateur a refusé de commenter.

Une semaine noire pour le secteur bancaire

Le secteur bancaire vient de traverser une semaine noire, les faillites récentes de la Silicon Valley Bank et de Signature Bank suscitant une crise de confiance dans le secteur.

Lire également: Onze banques américaines versent 30 milliards de dollars de dépôts à la banque en difficulté First Republic

La banque First Republic a ainsi vu sa valorisation en Bourse fondre de 80%. Basée à San Francisco, c'est la 14e banque américaine par la taille des actifs. Dimanche, l'agence de notation financière S&P a dégradé sa note de BB+ à B+, malgré la bouée de sauvetage envoyée par onze banques américaines cette semaine. Les principales banques du pays se sont en effet engagées à déposer 30 milliards de dollars sur ses comptes.

Cette mesure va «soulager la pression sur les liquidités à court-terme», indique S&P dans son communiqué, mais elle ne va «pas forcément régler les problèmes substantiels de la banque en termes de liquidités, de financement et de rentabilité».