Une banque chinoise sur le point de s’installer à Genève

Finance Une délégation s’est rendue à Pékin pour convaincre les grands établissements

Le conseiller d’Etat genevois Pierre Maudet, chargé du Département de l’économie, n’a pas fait le voyage pour rien en Chine au début du mois de septembre. Parti avec une délégation économique du canton, il serait rentré, selon plusieurs sources, avec l’assurance qu’une banque chinoise s’installerait bientôt au bout du lac. Selon nos informations, il s’agirait de la Banque industrielle et commerciale de Chine (ICBC Bank), soit le plus grand établissement du pays.

Contactés mercredi, les services de Pierre Maudet ont confirmé «que la délégation économique avait effectivement parmi ses objectifs stratégiques celui de convaincre certains établissements bancaires chinois de premier plan de s’établir à Genève pour y déployer leurs activités, en particulier dans le domaine du financement du négoce». Et que «plusieurs réunions à haut niveau se sont tenues à l’occasion de cette mission économique». Sans pouvoir toutefois confirmer le nom d’un établissement.

Après l’accord de «swap» conclu entre la Banque nationale suisse (BNS) et son homologue chinoise en juillet, l’arrivée d’un établissement chinois représenterait une autre bonne nouvelle pour Genève dans l’optique de devenir l’une des principales places d’échange au monde du renminbi, la monnaie de la République populaire. Ce serait également l’occasion de tirer un trait définitif sur l’échec qu’avait représenté l’arrivée de Bank of China, qui, quatre ans durant, avait essayé d’implanter sa banque privée au bout du lac avant d’être finalement rachetée par Julius Baer en juillet 2012.

Diversifier la place

Pour le directeur de la Fondation Genève Place Financière, Edouard Cuendet, l’arrivée d’une banque chinoise serait «un élément positif qui contribuera à la diversification de la place». Et qui permettrait de «renforcer la position de Genève en tant que hub financier où interagissent banques privées, banques d’affaires et sociétés de négoce».

S’il se réjouit de l’arrivée récente d’acteurs brésiliens (Safra; groupe BTG Pactual) et français (la Banque du Léman) sur la place, Edouard Cuendet souligne toutefois la «signification particulière» que revêtirait l’installation d’une banque chinoise. «Après l’accord de libre-échange [ndlr: conclu en juillet entre Berne et Pékin], celui sur les swaps et l’ouverture d’une ligne aérienne entre Genève et Pékin, cette implantation renforcerait encore les liens entre les deux villes», conclut-il.

De son côté, Stéphane Graber, secrétaire général de l’Association genevoise du négoce (GTSA), rappelle l’importance du commerce international pour la Chine. «Or, Genève est la principale place de négoce physique au monde, l’expertise y est très importante, les acteurs du shipping, les assureurs mais aussi les spécialistes de la gestion des risques opérationnels y sont présents.» Sinopec, géant chinois du pétrole, est déjà présent à Genève depuis qu’il a racheté Addax Petroleum en 2009.