La Cour suprême des Bermudes l’a confirmé ce mardi: Bidzina Ivanishvili a bien perdu plus de 553 millions de dollars en raison de négligence de la part de la filiale locale de Credit Suisse. Lues par le juge Narinder Hargun au cours d’une audience virtuelle mardi tenue sur Zoom, les conclusions du jugement affirment notamment que ni le groupe, ni la filiale aux Bermudes n’ont agi de façon adéquate pour empêcher les malversations d’un ancien employé parce qu’elles mettaient la «priorité sur les revenus [qu’il générait] pour Credit Suisse plutôt que sur les intérêts des clients».

Ancien client de la banque, l’ex-premier ministre géorgien estime avoir été lesé dans l’affaire Patrice L., du nom de l’ancien gérant star de la banque, condamné en 2018 pour des malversations et qui avait mis fin à ses jours en 2020.

Avoirs placés dans des assurances vie

L’oligarque a attaqué la banque dans plusieurs juridictions. Des procédures sont en cours notamment à Genève, au Royaume-Uni et à Singapour. Ce volet aux Bermudes s’explique par l’utilisation de la filiale locale d’assurance vie, CS Life, pour placer une partie des avoirs du Géorgien et de plusieurs membres de sa famille.

Lire aussi: L’oligarque qui attaque Credit Suisse sur tous les continents

Credit Suisse n’en restera pas là. Dans un communiqué publié dans le sillage du jugement, elle souligne que ce dernier n’est «pas définitif et peut faire l’objet d’un appel, que Credit Suisse Life Bermuda a l’intention de poursuivre vigoureusement». La banque rappelle en outre que sa filiale des Bermudes, en liquidation depuis sept ans, ne sera pas affectée.

Lire aussi: Pourquoi Credit Suisse risque de perdre 500 millions aux Bermudes

La semaine dernière, elle avait annoncé que ce jugement pourrait l’obliger à débourser plus de 500 millions de dollars et qu’elle avait constitué des réserves pour y faire face. La somme finale doit être calculée par plusieurs experts au cours des prochains jours. Mais la méthode est celle demandée par Bidzina Ivanishvili: la différence entre la valeur des actifs dans la police d’assurance à fin juin 2020 et la valeur totale que ces fonds auraient atteinte à la même date s’ils avaient en réalité été investis dans un portefeuille ayant un risque moyen.